Le député de la France Insoumise Alexis Corbière rend visite à Radhia Nasraoui et demande "des réponses claires" aux autorités

Publication: Mis à jour:
RFR
Facebook/Jean Luc Mélenchon
Imprimer

Visage médiatique et politique marquant de la France insoumise, le député et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon lors des présidentielles françaises de 2017, Alexis Corbière a effectué une visite à la militante tunisienne Radhia Nasraoui en grève de la faim depuis plus d'un mois à cause du retrait de la protection rapprochée accordée à son mari Hamma Hammami.

Dans un billet publié sur son blog, le député français affirme: "Je suis allé lui apporter symboliquement le soutien fraternel et amical du groupe parlementaire de la France Insoumise et particulièrement de son Président Jean-Luc Mélenchon" qui avait lui même appelé le président de la République Béji Caid Essebsi à garantir la sécurité de Hamma Hammami.

"Il est important qu’en France tous les démocrates soient informés de la situation qui entraine cette action extrême et dangereuse pour la santé de cette militante exceptionnelle, inlassable défenseuse des Droits de l’Homme, connue dans son pays, mais aussi au delà, pour son engagement contre la dictature de Ben Ali et les violences policières passées et présentes" a-t-il ajouté.

Revenant sur la situation de la sécurité de Hamma Hammami, Alexis Corbière indique ne pas comprendre comment il a été décidé de changer la protection rapprochée de Hamma Hammami par une protection qui "n’est pas permanente et se limite à un accompagnement de Hamma lors de ses actions publiques planifiées à l'avance. Le reste du temps il lui est conseillé de rester chez lui. Ce n’est pas tolérable de préconiser cela à la troisième force politique du pays".

"J’ai pu constater par moi même, en me rendant à son domicile, cet état de fait inquiétant" note-t-il refusant de donner plus de détails afin de ne pas mettre en danger le leader du Front Populaire.

Pour le député français, la raison invoquée à la levée de cette protection est proche de celle avancée par Hamma Hammami dans certains médias tunisiens: "Il est clair que les motivations de la levée partielle de la protection de Hamma Hammami ressemblent à une punition d’ordre politique. Sa voix dérange vraisemblablement le paysage officiel qui semble ne vouloir que Ennadha comme opposition afin de figer une vie politique bipartiste: le pouvoir en place ou les religieux" indique le député.

Selon lui, une forme d'intimidation du régime envers le Front Populaire se met en place: "Les positions du Front Populaire dénonçant la politique de la coalition gouvernementale, ainsi que l’appel à des élections législatives et présidentielles anticipées suscitent de plus en plus la colère du régime. On peut donc imaginer qu’il s’agit de représailles pour faire peur et faire taire le Front Populaire".

Face à cette situation, le député de la France Insoumise demande "des réponses claires" appelant "la presse française de faire connaitre le plus largement possible cette situation. Logiquement, beaucoup de journalistes français avaient bénéficié de protection policière lorsque leurs noms avaient été retrouvés sur des listes de criminels djihadistes. Je forme le voeu que ces journalistes soient sensibles à l’inquiétude de Radhia et nous aident" indique-t-il.

Après avoir remis à Radhia Nasraoui, le programme dédicacé de mots de soutiens personnels de l’ensemble des parlementaires du groupe France Insoumise à l'Assemblée nationale française, Alexis Corbière indique avoir profité de sa présence en Tunisie pour rencontrer "d’autres dirigeants du Front Populaire comme Ahmed Essadik Président du groupe Front Populaire à l’assemblée nationale tunisienne" ou encore la militante de gauche Mouna Mathari.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.