Pour Hamadi Jebali, les propositions de Béji Caid Essebsi du 13 août menacent la paix sociale

Publication: Mis à jour:
HAMADI JEBALI
Ismail Zetouni / Reuters
Imprimer

Alors que plusieurs dirigeants d'Ennahdha se proclament contre les propositions du président de la République Béji Caid Essebsi en matière d'égalité dans l'héritage et de mariage à un non-musulman, l'ancien chef du gouvernement et ancien membre d'Ennahdha Hamadi Jebali a pris également le même chemin que ses camarades de son ancien parti.

Dans une publication sur le réseau social Facebook, Hamadi Jebali affirme que "le président de la République a démontré une nouvelle fois qu'il est le premier à appeler à la violation de l'article 1er de la constitution" indiquant qu'à travers ses propositions Béji Caid Essebsi ne prend pas en considération les sentiments de tout le peuple mais seulement d'une partie: "Il menace la paix sociale" a-t-il également affirmé.

Revenant sur le discours du 13 août, Hamadi Jebali s'interroge: "Ou le chef de l'État ignore qu'un texte codifié par le Coran ne peut être sujet à interprétation (...) Ou(...) il s'agit de calcul politique" a-t-il lancé.

Affirmant qu'il ne s'agit pas "d'une priorité du peuple", il interpelle le président sur les questions du terrorise, du pouvoir d'achat, du chômage ou encore de l'endettement.

Des propositions et des réactions

Mardi, le bureau de l'adjoint du grand Imam d'Al Azhar Abbas Shuman a descendu en flamme les propositions -à savoir l'égalité dans l'héritage mais également la possibilité de se marier à un non-musulman- du président de la République tunisienne Béji Caid Essebsi.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, celui-ci affirme que l'égalité dans l'héritage "porte atteinte à la femme, n'est pas juste avec elle et est contraire à la chariaâ islamique".

Indiquant que cette question est tranchée dans la sourat "Al nissa", il affirme que "tous les savants se sont entendus" dessus.

Dans un communiqué publié lundi sur sa page Facebook, l'office de l'Ifta de la République tunisienne a tenu a féliciter la femme tunisienne et a appuyer sans les nommer les proposition faites par Béji Caid Essebsi lors de la fête de la femme.

En marge de la fête du 13 août, le président de la République avait en effet appelé à mettre en place une loi instaurant l'égalité dans l'héritage et l'annulation de la circulaire de 1973 qui interdit à une femme tunisienne de se marier un non-musulman.

Son appel a suscité de nombreuses réactions entre soutien et indignation.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.