Scandale des oeufs contaminés: La Tunisie est-elle concernée? Le ministère de l'Agriculture répond

Publication: Mis à jour:
EGGS
JOHN THYS via Getty Images
Imprimer

L'affaire des œufs contaminés prend de l'ampleur. Plus de 17 pays de l'Union européenne et Hong Kong sont touchés par ce scandale déclenché à partir des Pays-bas. Près 250.000 œufs impropres auraient été consommés par les Français. Mais, qu'en est-il de la Tunisie, est-elle concernée par cette affaire?

Pour le ministère de l'Agriculture, les Tunisiens ne seront pas touchés par cette affaire, puisque ces derniers ne consomment que des oeufs produits localement. "La Tunisie est autosuffisante en oeufs" souligne le ministère dans un communiqué, rendu public ce mercredi 16 août. De ce fait, le risque de trouver des traces d'oeufs contaminés dans une assiette tunisienne est peu probable.

Le communiqué ajoute que l'insecticide Fipronil, responsable de cette affaire, est un antiparasitaire qui n'est utilisé que pour les animaux de compagnie (chiens et chats) et totalement interdit d'usage sur les animaux destinés à la consommation. D'ailleurs, ils est classé, par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la catégorie des produits à “dangerosité modérée”. Sa nocivité n’est toutefois avérée qu’à très haute dose.

Le communiqué précise, par ailleurs, qu'à la suite de nombreuses enquêtes menées sur terrain par des vétérinaires relevant du ministère, cet insecticide n'est pas utilisé dans les poulaillers et les centres d'élevage aviaire qui sont soumis au contrôle sanitaire.

Toutefois, le ministère recommande aux éleveurs de respecter les règles d'hygiène et de contacter le médecin vétérinaire lors de l'observation de problèmes sanitaires touchant leurs poulaillers.

Le ministère recommande également aux consommateurs d'acquérir des œufs auprès des canaux de distribution sous licence et soumis à un contrôle sanitaire.

L'ampleur du scandale est apparue au grand jour la semaine dernière aux Pays-Bas, où jusqu'à 180 élevages ont été bloqués et des rappels massifs ordonnés alors que les taux de Fipronil -une molécule utilisée pour éradiquer le pou rouge sur les poules-dépassaient parfois largement les seuils autorisés par la réglementation européenne.

L'affaire du fipronil vient s'ajouter à de "nombreux scandales sanitaires dans l'industrie agro-alimentaire, comme la vache folle, les grippes aviaires et porcines et la viande de cheval", a estimé Greenpeace. Des "symptômes d'un système qui essaie partout de réduire les coûts pour maximiser les profits au détriment de la santé publique et de l'environnement", s'est insurgé Davin Hutchins dans un communiqué.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.