Afrique du Sud: L'épouse de Robert Mugabe, soupçonnée d'agression, s'est rendue à la police

Publication: Mis à jour:
MUGABE
Photo d'archive | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

La première dame du Zimbabwe Grace Mugabe, visée par une plainte pour agression en Afrique du Sud où elle est soupçonnée d'avoir frappé deux femmes, s'est présentée aux autorités et va comparaître devant la justice mardi, a annoncé le ministre sud-africain de la Police Fikile Mbalula.

"Elle n'est pas en état d'arrestation car elle a coopéré et elle s'est présentée à la police", a déclaré à la presse M. Mbalula, précisant qu'elle devait comparaître mardi après-midi devant un tribunal de Johannesburg.

"Les citoyens étrangers doivent comprendre qu'ils ont des responsabilités, surtout ceux qui ont des passeports diplomatiques. Je ne peux pas me rendre au Zimbabwe, tabasser quelqu'un et attende que l'affaire disparaisse", a ajouté le ministre.

Deux femmes ont porté plainte pour agression contre Grace Mugabe après une altercation dimanche soir dans un hôtel de Johannesburg.

Une des victimes présumées, âgée de 20 ans, assure qu'elle se trouvait avec des amis lorsque l'épouse du président Robert Mugabe qui se trouvait dans une chambre voisine est venue les agresser dimanche soir.

"On était tranquillement dans notre chambre et elle est arrivée pour nous frapper. J'ai le front ouvert. Je suis mannequin et je gagne de l'argent grâce à mon look", a raconté Gabriella Engels au quotidien sud-africain The Times.

Selon une proche de la victime qui a requis l'anonymat, Mme Mugabe cherchait ses deux fils qui se trouvaient en réalité dans la chambre voisine.

Le gouvernement zimbabwéen n'avait pas réagi mardi matin au dépôt de plainte.

Grace Mugabe qui est présidente de la ligue des femmes de la ZANU-PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe, se trouvait en Afrique du Sud pour soigner une blessure au pied, selon les médias de son pays.