L'adjoint de l'Imam d'Al Azhar descend en flamme les propositions de Béji Caid Essebsi sur l'égalité dans l'héritage et le mariage à un non musulman

Publication: Mis à jour:
ABBAS SHUMAN
Capture écran/youtube/Casina Pio IV
Imprimer

Le bureau de l'adjoint du grand Imam d'Al Azhar Abbas Shuman a descendu en flamme l'égalité dans l'héritage telle que proposée par le président de la République tunisienne Béji Caid Essebsi.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, celui-ci affirme que l'égalité dans l'héritage "porte atteinte à la femme, n'est pas juste avec elle et est contraire à la chariaâ islamique".

Indiquant que cette question est tranchée dans la sourat "Al nissa", il affirme que "tous les savants se sont entendus" dessus.

Autre grief du bureau du grand Imam d'Al Azhar, le mariage avec un non-musulman "n'est pas comme le pensent certains un avantage pour la femme". Pour eux, "il n'y a que le musulman pour croire en la religion d'une musulmane"; un non-musulman ne pouvant pas comprendre les rituels et de ce fait la conjugalité ne pourra pas perdurer entre eux.

Dans un communiqué publié lundi sur sa page Facebook, l'office de l'Ifta de la République tunisienne a tenu a féliciter la femme tunisienne et a appuyer sans les nommer les proposition faites par Béji Caid Essebsi lors de la fête de la femme.

En marge de la fête du 13 août, le président de la République avait en effet appelé à mettre en place une loi instaurant l'égalité dans l'héritage et l'annulation de la circulaire de 1973 qui interdit à une femme tunisienne de se marier un non-musulman.

Son appel a suscité de nombreuses réactions entre soutien et indignation.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.