Yémen: plus de 500.000 personnes affectées par le choléra

Publication: Mis à jour:
YEMEN
A Yemeni woman holds the hand of one of her children, who is suspected of being infected with cholera, as they receive treatment at a hospital in the capital Sanaa, on August 12, 2017.A cholera outbreak has claimed the lives of some 2,000 Yemenis in less than four months. / AFP PHOTO / Mohammed HUWAIS (Photo credit should read MOHAMMED HUWAIS/AFP/Getty Images) | MOHAMMED HUWAIS via Getty Images
Imprimer

Le nombre de cas de choléra a dépassé le demi-million au Yémen où l'épidémie a déjà causé la mort de 2.000 personnes, depuis fin avril, à annoncé, lundi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon cette agence de l'ONU, 503.484 cas suspects et 1.975 décès dus au choléra ont été enregistrés dans ce pays ravagé par une guerre imposée par une coalition Arabe menée par l’Arabie Saoudite.

L'agence a relevé que la vitesse à laquelle l'épidémie se répandait s'était nettement ralentie, depuis début juillet, ajoutant que la maladie frappait encore environ 5.000 personnes/jour.

Après une première épidémie, l'an dernier, le choléra est réapparu en avril dans ce pays pauvre de 27 millions d'habitants, le conflit compliquant les livraisons de médicaments et l'arrivée de l'aide humanitaire internationale.

Des millions de Yéménites sont privés d'eau potable, facilitant d’autant la propagation de l'épidémie.

Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a indiqué que le personnel de santé au Yémen travaille dans des conditions "impossibles".

"Des milliers de personnes sont malades, et il n'y a pas suffisamment d'hôpitaux, de médicaments, d'eau potable", a-t-il déclaré, ajoutant que de nombreux médecins et infirmiers n'avaient pas été payés depuis près d'un an.

M. Tedros a appelé les parties au conflit, qui a déjà fait plus de 8.300 morts, depuis mars 2015, à chercher de toute urgence une solution politique, "afin que les Yéménites puissent reconstruire leur vie".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.