Les huissiers notaires appellent le Mufti de la République à se prononcer sur la circulaire interdisant à une femme tunisienne d'épouser un non-musulman

Publication: Mis à jour:
ENGAGEMENT RING
NikolaZivic via Getty Images
Imprimer

Le bâtonnier de l'ordre national des huissiers notaires Nasser Ouni a appelé le Mufti de la République à se prononcer sur le dernier discours du président de la République après que ce dernier ait appelé le ministre de la Justice à annuler la circulaire de 1973 interdisant à une femme tunisienne d'épouser un non-musulman.

Dans une déclaration accordée à la radio Mosaïque FM, il a affirmé "respecter le président de la République dans tout ce qui est légal, mais quand il s'agit de toucher à notre religion...".

"Nous espérons que le chef du gouvernement et le ministre de la Justice ne lui suivent pas sur ce point, car il s'agit d'une campagne électorale avant l'heure" a affirmé Nasser Ouni appelant le président de la République "à réviser ce qu'il a dit".

Pour lui, "il y a un tas d'autres choses à revoir qui concernent les femmes et qui sont beaucoup plus importantes que cette circulaire".

Dans ce sens, le bâtonnier des huissiers notaires sollicite le Mufti de la République afin qu'il émette une fatwa: "Si le Mufti dit que cela est conforme aux lois de Dieu, alors ça passe" a-t-il conclu.


L'appel de Béji Caid Essebsi
lors de la fête de la femme à mettre en place une loi instaurant l'égalité dans l'héritage et l'annulation de la circulaire de 1973 qui interdit à une femme tunisienne de se marier un non-musulman a suscité beaucoup de réactions.

Dans un communiqué publié le 13 août, l'ATSM s'est félicitée du discours du président de la République, se disant "satisfaite" et considérant que cet appel anéantira "les pensées rétrogrades".

Certains politiciens se sont également positionnés. Si le député d'Ennahdha a qualifié ces mesures de "dangereuses", la députée Afek Tounes a estimé quant à elle le discours de Béji Caid Essebsi comme "révolutionnaire".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.