Leila Toubel virulente et drôle dans "Hourya" au Festival international de Hammamet

Publication: Mis à jour:
E
Karim Nadhour
Imprimer

Pendant environ deux heures non stop, l'actrice Leila Toubel s'est transformée en Hourya sur la scène de l'amphithéâtre du Festival international de Hammamet, le 13 août.

Dans un décor minimaliste constitué d’un pupitre, d’une chaise renversée et d’un piano, Leila Toubel occupait la scène par une présence forte et par sa vivacité. Elle emmène le public dans une époque de guerre où est née une histoire d'amour impossible entre une journaliste et un pianiste, joué par le musicien Mehdi Trabelsi qui l'accompagnait. Rescapés, ces derniers se rejoignent pour parler de leurs désillusions, leurs espoirs étouffés.

e

Jonglant entre divers sujets tels que la politique, la religion, l’amour, le couple, le corps de la femme avec un ton aussi virulent qu'efficace et s'appuyant sur la justesse des répliques, elle enchaine en gardant la même dynamique.

Elle démonte les apparences, elle est drôle en racontant l'horreur, tragi-comique, cynique dans son désespoir, violente en prêchant la paix, fragile dans sa force. Les contrastes ne sont pas aléatoires mais dénotent d'une grande lucidité dans l'analyse du réel.

S'appuyant sur la pertinence du texte et la force de son jeu, Leila Toubel bouscule les spectateurs, les font rire là où ils s'attendaient le moins. La pièce n'est pas un récit brailleur sur la Tunisie mais sa mise à nue avec ce qu'elle a de plus beau et de plus laid.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.