"La Tunisie, pays de transit pour les trafiquants d'or", révèle la Commission Tunisienne des Analyses Financières (CTAF)

Publication: Mis à jour:
GOLD INGOTS
A bank employee meassures a gold ingot during a press conference at the German central bank in Frankfurt, Germany, Wednesday Jan. 16, 2013. Germany's central bank is to bring back home some US $36 billion ( 27 billion euro) worth of gold stored in the United States and France. The Bundesbank said in a statement Wednesday that it will repatriate all 374 tons of gold it had stored in Paris by 2020. An additional 300 tons - equivalent to 8 percent of the Bundesbank's total reserves worth about U | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

La Tunisie constitue un pays par lequel transitent des grandes quantités d’or vers la Turquie et des pays asiatiques, où cet or est travaillé puis acheminé vers des pays voisins, via le territoire tunisien, a révélé la Commission Tunisienne des Analyses Financières (CTAF).

A cet égard, les circuits de transit illégal d’or entre la Turquie et la Tunisie sont très actifs et les quantités d’or transitant illégalement via le pays ont atteint 19,4 tonnes entre 2012 et 2014.

Dans son rapport intitulé « Evaluation Nationale des Risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme/ Avril 2017 », la CTAF a souligné la nécessité de mettre en place un guide de procédures relatif à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement de terrorisme dans le secteur bancaire et les métiers non financiers avant la fin de 2017, vu l’ampleur prise par les affaires relatives au trafic de métaux précieux dont les quantités saisies (or) ont atteint en 2015, 43 kg d’une valeur de 15,387 millions de dinars.

La CTAF a également évoqué les dépassements relatifs à la commercialisation de l’or mélangé avec du cuivre, du fer et d’autres matières, à la falsification du poinçon de Maître et au non-respect des différents standards de mesure et de vente d'or aux particuliers.

Elle a par ailleurs considéré que le secteur d’or en Tunisie est exposé à de" grandes menaces" dues essentiellement, à la mauvaise organisation du secteur, à la fragilité de la situation géopolitique régionale, et à l’ampleur prise par le phénomène de la contrebande d’or par rapport au niveau des réserves nationales de cette matière; lesquelles ne dépassent pas les 6,8 tonnes.

Selon les données du conseil Mondial de l’Or, la Tunisie occupe le 78ème rang mondial et 12ème rang arabe, avec des réserves de 6,8 tonnes, tandis que l’Algérie occupe la troisième place arabe et 25ème mondiale (173,3 tonnes), la Libye est classée 31ème mondiale et 4ème arabe avec des réserves de 116,6 tonnes. Alors que la Turquie dispose de 516,7 tonnes de réserves.

La commission a souligné que le secteur de l’or compte 6 mille artisans et 400 collaborateurs, lesquels s'approvisionnent en or auprès de la BCT fait face à l’absence du contrôle et de suivi des opérations suspectes ainsi que de la vérification de l’identité du bénéficiaire outre l’absence des déclarations et le recours aux transactions cash d’où des difficultés à avoir la traçabilité de l’argent.

Selon Nacer Dridi, membre du bureau exécutif de l'UTICA, 70% de l'or sur le marché tunisien est trafiqué. Il a indiqué que la propagation de ce fléau revient essentiellement à l'absence de contrôle et à la prolifération des circuits de contrebande et d'économie parallèle. Selon lui, plus de six tonnes d'or en provenance de la Turquie ont été entrées illicitement dans le pays depuis l'année 2012.

Dridi a estimé que cette situation n'est pas nouvelle et remonte à l'ère de Ben Ali où l'or était considéré comme une devise pour financer le marché parallèle, la contrebande et même les armes. "C'était une manoeuvre pour scinder le secteur", a-t-il ajouté.

Nacer Dridi a révélé, par ailleurs que certains commerçants n'hésitent pas à falsifier les marquages et le sceau de conformité afin de gagner plus.

Une déclaration qui a été démentie par la suite par le président de la Chambre nationale des bijoutiers, Hatem Ben Youssef. Ce dernier a estimé que les "fausses révélations" du membre de l'UTICA pourraient "porter atteinte à l'économie nationale et aux efforts menés par la douane tunisienne dans sa lutte contre la contrefaçon."

LIRE AUSSI: La Tunisie se classe 77è mondiale en matière de réserves mondiales d'or

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.