Une voiture percute des manifestants anti-racisme à Charlottesville, au moins un mort et plusieurs blessés

Publication: Mis à jour:
VOITURE ETATS UNIS CHARLOTTE VILLE
Twitter/Lies_Breaker
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Une voiture a foncé sur la foule rassemblée samedi 12 août à Charlottesville, faisant plusieurs blessés après qu'un rassemblement de groupes d'extrême droite a été interdit par les autorités dans cette ville américaine de Virginie, ont relaté des témoins. Le premier bilan fait état de un mort et plusieurs blessés. Les autorités ont déclaré l'état d'urgence.

Dans une vidéo amateur diffusée sur les réseaux sociaux, on voit une voiture de couleur sombre percuter violemment un autre véhicule par l'arrière, puis repartir vivement en marche arrière, au milieu des manifestants. D'autres images montrent des blessés étendus au sol. Beaucoup d'entre eux auraient des jambes cassées selon The Daily Progress.

"La police de Charlottesville et la police de Virginie sont sur les lieux d'un accident de voiture. (...) Plusieurs blessures sont signalées. Il faut que les gens libère la zone permettre au personnel médical d'urgence d'être efficace", expliquent les autorités dans un communiqué.

Selon divers témoins, les victimes étaient des contre-manifestants venus dénoncer la présence à Charlottesville de groupes de la droite radicale et identitaire américaine, dont le Ku Klux Klan et des néo-nazis. Une journaliste de l'AFP présente sur les lieux a vu des blessés étendus au sol, des personnes en pleurs, des brancards, des ambulances et des camions de pompiers. La police a selon elle lancé un appel à témoin.

"On marchait dans la rue quand une voiture, une berline noire ou grise, nous a foncé dessus, elle a percuté tout le monde. Puis elle a reculé et nous a encore heurtés. Il y avait une fille derrière qui essayait de se relever", a relaté un témoin. "Je pense qu'il y a une dizaine de blessés. Une fille au sol a été mutilée. C'était volontaire, ils ont fait exprès de reculer", a-t-il ajouté. Une autre vidéo montrait le capot et le pare-brise de la voiture percutée maculés de taches de sang.

L'état d'urgence

"Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties", a déclaré Donald Trump depuis Bedminster le New Jersey où il passe ses vacances, sans vouloir pointer de responsabilités sur les manifestants ou sur leurs opposants.

La tragédie s'est produite dans un climat de haute tension, deux heures après le rassemblement avorté des militants d'extrême droite.

Dans un air chargé en gaz lacrymogène, des heurts opposant ces manifestants de la droite radicale et des contre-manifestants s'étaient multipliés avant même le début prévu de l'événement, donnant lieu à des rixes, des jets de projectiles et des échanges de coups de bâton, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Les craintes de débordements plus graves étaient avivées par la présence d'armes portées ouvertement par les manifestants, ainsi que le permet la loi dans l'Etat de Virginie. Des membres de milices d'extrême droite s'étaient positionnés en tenue paramilitaire, fusil semi-automatique en bandoulière.

Face aux incidents, la police en tenue anti-émeute a donc décidé peu avant midi d'interdire la manifestation prévue et a procédé à l'évacuation du parc public où elle se tenait. Les forces de l'ordre ont procédé à un nombre inconnu d'interpellations. Le gouverneur démocrate de la Virginie, Terry McAuliffe, a de son côté déclaré à la mi-journée un état d'urgence, afin de mobiliser davantage de moyens policiers.

Les groupes de la droite radicale et identitaire américaine présents entendaient dénoncer de façon unitaire le projet de Charlottesville de déboulonner dans ce jardin municipal la statue d'un général sudiste favorable à l'esclavagisme.

LIRE AUSSI: