Les fratries marocaines qui prouvent que le talent est (aussi) une histoire de famille

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PHÉNOMÈNE - Le Maroc regorge de talents et de potentiels qui ne demandent qu'à être révélés. Et parfois, tout commence par une rencontre, une inspiration. Mais dans certains cas, le génie créatif est aussi une histoire de famille. En bons Marocains, nous connaissons tous les Frères Megri, le groupe musical culte des années 70. Ce que beaucoup ignorent, c'est qu'il y a bien plus de fratries qui se démarquent dans les domaines de l'art, du cinéma, de la mode.... Focus sur ces frères et sœurs marocains qui ont reçu le talent en héritage.

Younes et Assaad Bouab

assaad et younes bouad

Les deux stars du cinéma marocain enchaînent les rôles à succès et brillent à chacune de leur apparition au petit comme au grand écran. De père marocain et de mère française, c'est à Rabat qu'ils grandissent et obtiennent leur baccalauréat au Lycée Descartes. Ensuite, cap sur Paris, pour poursuivre des études de philosophie à la Sorbonne, pour Younes, 38 ans, et une formation de théâtre au prestigieux Cours Florent, pour Assaad, 37 ans. Ce dernier, le plus jeune de la fratrie, se démarque dans le film culte "Marock", de Laïla Marrakchi, quand Younes se fait remarquer pour son interprétation déchirante dans le rôle principal de "Zéro", de Nour-Eddine Lakhmari.

Swel et Imad Noury

swel et imad noury

Fils de l'acteur et réalisateur marocain Hakim Noury, et de mère espagnole, les frères Swel et Imad (respectivement 38 et 33 ans) marchent sur les pas de leur père. Ils réalisent ensemble trois courts-métrages et un long-métrage tourné en 2006, intitulé "Heaven's door", avec, dans le casting, Hakim Noury, Amidou, Rabie Kati, Latefa Ahrrare, Rachid El Ouali... Les deux natifs de Casablanca se sont surtout fait connaître du grand public comme les dignes héritiers de leur père en signant la troisième partie de la saga "Fiha Lmalha w sokar w mabghatch tmout", littéralement "Elle est diabétique, hypertendue et elle refuse de crever".

Gad et Arié Elmaleh

Shot by the Bro @ariedecasa today #talent #magiceye #lafamilia Thank you Park Hyatt Paris Vendôme

Et opslag delt af GAD (@gadelmaleh) den

Il est impossible de parler de fratries célèbres ou talentueuses au Maroc sans citer les frères Elmaleh. Nés à Casablanca de père commerçant et mime amateur, Gad et Arié Elmaleh ont tous deux décidé de se tourner vers la comédie. Aîné de la fratrie, Gad, 46 ans, quitte le Maroc à 17 ans pour étudier les sciences politiques à Montréal. Il se dirige, ensuite, vers la France en 1992, pour suivre une formation artistique aux très renommés Cours Florent de Paris. Il débute en tant qu'assistant d'Elie Kakou. Il fera, d'ailleurs, quelques apparitions dans certains de ses sketchs. En 1995, il présente "Décalages", son premier one man show, et c'est la consécration pour le jeune Marocain qui enchaîne ensuite les spectacles.

Arié, lui, se passionne pour l'univers du théâtre dès son enfance. Il quitte la faculté de Droit pour suivre des cours au Théâtre du Rond-Point à Paris. Malgré son talent, le jeune comédien, aujourd'hui âgé de 42 ans, enchaîne les petits rôles et apparitions dans des publicités. En 2002, il est à l'affiche du film d'Eric Heumann "Les amants du Nil", aux côtés d'Eric Caravaca. Mais c'est en incarnant le personnage de "Vanessa", un travesti dans "Chouchou" (dans lequel joue aussi Gad), que le plus jeune des Elmaleh se fait connaître du grand public.

Sofia, Asmaa et Hamza El Arabi

el arabi hamza asmaa sofia

S'il y a une fratrie qui nous prouve que la créativité se transmet par les gènes, c'est bien celle des El Arabi. Sophia perce dans la mode, avec son blog Fashion Bakchic, allant jusqu'à se faire repérer par Vogue US, ELLE France, L'Officiel Maroc, Le Monde... Avec ses créations originales et sa vision pointue de la mode, elle a su s'imposer comme l'une des stylistes et créatrices marocaines les plus en vogue.

Asmaa El Arabi, alias "The Tberguig", est, quant à elle, un véritable phénomène qui a secoué la toile marocaine. Avec ses vidéos hilarantes et ses imitations improbables, elle porte un regard critique, mais tellement réaliste, sur la société marocaine.

Le plus jeune de ce trio, qui déborde d'idées, est Hamza El Arabi. Plus connu sous le pseudonyme The Safarer, le jeune globe-trotteur, photographe et journaliste marocain sillonne le monde, pour en capturer la beauté. Publié sur des magazines tels que ELLE Québec, Vogue Singapore, Le Prestige Sweden ou Grazia Maroc, ses photos du Maroc et d'ailleurs font le tour du monde. Il est également expert-comptable et commissaire aux comptes mémorialiste à Paris. Si les El Arabi brillent dans des domaines totalement différents, ils n'en demeurent pas moins extrêmement soudés, et font régulièrement des apparitions dans les pages des uns et des autres.

Harakat Sisters

harakatsisters

Connues pour leur univers pop ultra-coloré, Nisrine et Sara Harakat ont réussi à graver leur nom comme une marque de fabrique. Juxtapositions de couleurs, de matières, de styles et d'époques, les Harakat Sisters ne reculent devant rien et jouent des codes de la créativité. Fruit d’un métissage maroco-libanais, le duo décline ses inspirations diverses en accessoires flashy, qui trônent dans les vestiaires des fashionistas de Casablanca à Beyrouth, en passant par Paris, Mumbai ou encore Istanbul. Une vraie explosion de couleurs.

Nabil, Hicham et Yanis Ayouch

nabil hicham yanis ayouch

Sur la liste des fratries talentueuses, le trio Nabil, Hicham et Yanis Ayouch en est l'une des plus célèbres. Si l'on a beaucoup entendu parler de Nabil Ayouch (et vu plusieurs de ses chefs-d'oeuvre, comme "Ali Zaoua", "Les Chevaux de Dieu" ou encore "What Ever Lola Wants"), peu connaissent Hicham et Yanis. Nés d’une mère française d'origine tunisienne et d'un père marocain, qui n'est autre que Noureddine Ayouch, patron de l'agence "Shem's", les frères Ayouch ont hérité d'une intarissable créativité sous toutes ses formes.

Nabil, 48 ans, et Hicham, 41 ans, se sont tous deux tournés vers le cinéma. Ancien journaliste, notamment pour France 3, Canal + et TF1, Hicham démarre sa carrière de réalisateur avec l'émission "Les Maternelles" sur France 5. Il signe son premier long-métrage en 2006, "Tizaoul" ("Les Arêtes du cœur"), co-écrit avec Hicham Lasri et Abdellah Abalou. Mais c'est "Fissures", son second long-métrage, qui lui vaut une renommée internationale. Sorti en 2009, le film est projeté dans plusieurs festivals européens, allant même jusqu'à conquérir les prestigieux Museum of Modern Art de New-York et la Tate Modern de Londres. Dernier film en date, "Fièvres", sorti fin 2013, le remet sous les feux des projecteurs.

Le dernier de la fratrie, le jeune Yanis, se retrouve à 29 ans directeur général de l’agence de communication casablancaise, "Shem's Publicité". Il ne reprend pas le flambeau de son père, il prouve surtout son talent en proposant des campagnes fraîches aux idées innovantes et pleines d'audace.

Houda Benyamina et Oulaya Amamra

Sisters #Divines 👭 🍒

Et opslag delt af Oulaya Amamra (@oulayaamamra) den

Malgré des débuts assez chaotiques, aujourd'hui, la réalisatrice et scénariste d'origine marocaine Houda Benyamina, âgée de 37 ans, est l'un des talents les plus prometteurs du cinéma français. Elle a notamment été récompensée d'une Caméra d'or lors du Festival de Cannes, en mai 2016. C'est, ensuite, au tour d'Oulaya Amamra, sa petite sœur de 20 ans, de se faire connaître. A 9 ans, elle découvre déjà les plateaux de cinéma en participant à plusieurs tournages organisés par l’association 1000 visages. A 12 ans, elle suit ses premiers cours de théâtre. En 2012, elle participe au court-métrage "Le Commencement" sélectionné à Cannes. Mais c'est véritablement avec "Divines", premier long-métrage de sa grande sœur Houda, qu'elle se fait connaitre. La jeune franco-marocaine sera prochainement à l'affiche d'un nouveau film avec Isabelle Adjani.

Samir et Ramzi Boukhiam

Had a fun week with this one 😘

Et opslag delt af Ramzi Boukhiam (@ramziboukhiam) den

Âgés respectivement de 26 et 23 ans, les deux frères se sont, d'abord, fait connaître à travers le surf. Initié à l'amour des vagues et à leur adrénaline par son grand frère Samir, alias Sam, sur la plage de Taghazout, non loin de leur ville natale Agadir, Ramzi s'est fait remarquer à l'âge de 10 ans en décrochant son billet pour la finale d'une épreuve junior organisée par Quiksilver à Capbreton, en France. Mais il n'a pu s'y présenter que l'année suivante, car il était trop jeune. Aujourd'hui, Ramzi, continue à faire la fierté du pays lors de compétitions internationales de surf, de l'Australie au Japon, en passant par le Brésil ou Miami.

Sam Boukhiam poursuit quant à lui une carrière prometteuse de mannequinat à l'international: il a signé avec de prestigieuses agences, comme Supa London, Marilyn Paris, VNY New-York, PMA Hamburg, ou encore Sight Barcelona.

Les deux jeunes, nés d'un père marocain et d'une mère néerlandaise, restent tous deux très attachés à leurs racines marocaines.

Afaf et Marwa El Ouadrassi

💜✨ #afafandmarwa

Et opslag delt af Afaf&Marwa (@afafandmarwa) den

Originaires de Tétouan, ce duo pétillant que forment Afaf et Marwa est l'un des plus prometteurs de la blogosphère marocaine. Férues de mode et de voyage, c'est avec beaucoup d'humour et de légèreté qu'elles partagent leur quotidien et leurs découvertes. Avec plus de 85.000 followers sur Instagram, les deux jeunes diplômées de l'ENCG enchaînent les partenariats avec des marques de cosmétique et des créateurs de mode et d'accessoires.

LIRE AUSSI: