Pour le conseiller économique de Youssef Chahed, 2018 sera "l'année du décollage" de l'économie tunisienne (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
ZZ
Capture écran/Express Fm
Imprimer

Invité de la radio Express Fm, le conseiller économique chargé de la fiscalité auprès du chef du gouvernement Faycel Derbel est revenu sur les principaux indicateurs économiques mais également sur ce qui attend les Tunisiens à travers les grandes lignes de la prochaine loi de Finances 2018.

Une situation économique préoccupante mais...

"C'est vrai que la situation économique est préoccupante et certains indicateurs sont dans le rouge" a débuté Faycel Derbel avant de nuancer en niant les rumeurs sur une possible faillite économique: "la question de la faillite n'est pas vraie et contribue à mettre les gens sur les nerfs" déplore-t-il avant d'expliquer: "Pourquoi elle n'est pas vraie? Parce qu'exception faite de la baisse du dinar et de la réserve de devises, tous les autres indicateurs se sont améliorés par rapport à l'année dernière".

Parmi ces indicateurs, "il y a une grande amélioration au niveau des finances publiques" a-t-il affirmé indiquant que les recettes fiscales cette année ont augmenté de 15% jusqu'au mois de juillet 2017.

"Quand je parle d'amélioration des recettes, cela ne veut pas forcément dire que c'est le résultat d'une plus grande imposition, pas du tout. C'est le résultat d'un grand effort pour améliorer les finances publiques" rappelle-t-il.

"Il y a un travail qui est fait pour que la machine (économique) reprenne et elle est entrain de reprendre" a également tenu à rassurer le conseiller économique de Youssef Chahed.

Affirmant que l'économie tunisienne a été plombée par la chute du dinar, Faycel Derbel espère que cela soit seulement un mauvais souvenir: "Le dinar a beaucoup chuté ces derniers temps. Mais l'hémorragie s'est arrêtée. Je ne dis pas qu'elle va s'arrêter, non elle s'est arrêtée".

Un taux de croissance "respectable"

"Le taux de croissance de 2,2% au premier trimestre de l'année est une bonne nouvelle. Il sera difficile de faire mieux au second trimestre même si on peut espérer un taux proche" a affirmé Faycel Derbel expliquant que "le second trimestre a été un peu plus difficile. Le tourisme a été plombé par une partie du mois de ramadan sans compter les nombreux contretemps et problèmes au niveau de la production d'hydrocarbures".

Cependant malgré tout, il reste optimiste: "On va terminer l'année 2017 avec un taux de croissance respectable et on va bien débuter l'année 2018 qui sera l'année du décollage".

Les grandes lignes de la loi de Finances 2018

Concernant la loi de finances 2018, elle "doit contenir tous les ingrédients de la relance économique" a estimé Faycel Derbel ajoutant que celle-ci doit être "ni encombrante, ni encombrée".

Si une croissance de 3 à 3,5% est envisageable pour 2018, cela ne sera possible qu' "avec un plan de relance où il y'aura un soutien aux sociétés d'un côté, mais également une chasse aux fraudeurs".

'Tout comme il y a eu une campagne contre les contrebandiers, il y aura une campagne contre l'évasion fiscale" prévient-il.

"Il faut qu'avec cette loi de finances, la confiance revienne chez les investisseurs et elle reviendra" a-t-il promis.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.