Après son interdiction d'accoster en Tunisie, le bateau anti-migrants C-Star serait en détresse selon l'association Sea-Eye

Publication: Mis à jour:
CSTAR TUNISIA
Tunisian fishermen hang banners as they gather on August 6, 2017 in the port of Zarzis in southeastern Tunisia to protest against a possible berthing of the C-Star vessel, hired by far-right activists from a group which calls itself 'Generation Identity' to prevent would-be migrants from reaching Europe.On August 4, the Tunisian Forum for Economic and Social Rights (FTDES) said it was opposed to the C-Star 'docking in Tunisian ports' and called on the government not to cooperate with its racist | FATHI NASRI via Getty Images
Imprimer

MIGRANTS - La mission "Defend Europe" ("Défendre l'Europe") attire l'attention. Et depuis quelques jours, le groupe d'extrême droite anti-migrants, qui navigue sur les eaux méditerranéennes à bord de son bateau, le C-Star, pour enrayer les opérations de sauvetage des migrants, reste étrangement silencieux, remarque le HuffPost UK.

Ce navire, pouvant être confondu avec celui d'une ONG, a été repéré, ces derniers jours, autour des côtes tunisiennes, loin de l'objectif qu'il s'était originellement fixé: les rives libyennes. En outre, le dernier tweet dans lequel l'équipage a communiqué sur son action date du 6 août.

L'association Sea-Eye, qui organise des opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée, a indiqué sur sa page Facebook ce vendredi 11 août que le C-Star avait émis un appel de détresse et qu'elle allait venir en aide au navire.

"Aider les navires en détresse est le devoir de tous en mer, sans distinction de leur origine, de leur couleur de peau, de leur religion ou de leurs convictions", a commenté Michael Buschheuer, fondateur de Sea-Eye.

La mission principale de "Defend Europe", un groupuscule identitaire, est "d'observer et de documenter l'ensemble des actions de ces ONG", a expliqué un membre de l'équipage au HuffPost britannique. Ils ciblent ainsi des associations telles que "SOS Méditerranée" ou encore" Save The Children", qui mènent des opérations de recherche et de sauvetage le long des côtes libyennes pour éviter la mort aux migrants qui tentent la traversée.

Mais un homme a décidé de se mettre en travers de leur chemin: Oscar Camps, fondateur de l'ONG catalane "Proactiva Open Arms". L'association, installée à Lesbos, envoie régulièrement des bateaux de sauvetage pour éviter la mort aux migrants lors de leur traversée en mer Méditerranée.

Mercredi 9 août, Oscar Camps a écrit un tweet très ironique destiné à "Defend Europe": "4 jours que vous avez jeté l'ancre. Si vous avez besoin d'aide, il suffit de nous le dire, nous sommes une ONG de sauvetage et nous avons un bateau remorqueur".

Si la piste du silence pour problème technique est la plus probable, le HuffPost britannique évoque la possibilité d'une opération "coup de poing". Plus tôt dans la semaine, un porte-parole avait indiqué au HuffPost UK: "Dans les prochains jours, nous avons prévu une énorme surprise pour les ONG, les trafiquants et les médias pro-immigration".

Mais leur action a pu être également mise en échec. En effet, au moment d'amarrer en Tunisie, le bateau a été interdit d'entrée par des pêcheurs venus manifester.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.