Le Maroc enregistre un nouveau record de consommation électrique

Publication: Mis à jour:
AIR CONDITIONER
Les pics de consommation électrique sont notamment dus à l’utilisation massive de la climatisation à cause des fortes chaleurs | shutterstock
Imprimer

ÉLECTRICITÉ - Avec les fortes chaleurs enregistrées au début de cette semaine, la consommation d’électricité s’est envolée dans l’ensemble du pays. Selon l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), le Royaume a connu des records historiques de consommation électrique.

Les pics de puissance électrique appelée ont été enregistrés le matin et le soir du lundi 7 août (pointe) ainsi que durant la journée du mardi 8 août (consommation journalière). À en croire l’Office, ces records sont dus, notamment, à l’utilisation massive de la climatisation et des pompages agricoles pour les besoins d’irrigation en raison de la période de forte chaleur.

Dans le détail, la pointe matinale de lundi a atteint 6.060 MW à 13h00, en hausse de 70 MW par rapport à la pointe maximale du matin enregistrée en 2016. La pointe du soir a, quant à elle, atteint 6.180 MW à 21h30, en hausse de 130 MW par rapport à celle enregistrée en 2016.

Concernant la consommation journalière maximale, elle a atteint 124.190 MWh le mardi, dépassant de 2.931 MWh la consommation maximale journalière enregistrée en 2016.

"Un impact direct des changements climatiques"

Ces records sans cesse dépassés ne risquent-ils pas de créer des problèmes d’approvisionnement? Aucun risque à craindre de ce côté, rassure l’ONEE. "Notre système électrique répond dans des conditions normales aux forts appels de la consommation" confie la direction de l’entreprise publique au HuffPost Maroc.

Car les équipes de l’ONEE sont familières avec ce phénomène. "Le fort appel de charge en cette période de température élevée est devenu récurrent et s’accentue d’année en année", nous explique-t-on. L’ensemble des équipes chargées de la maintenance est donc mobilisé en continu pour faire face aux contraintes d’exploitation de plus en plus fortes qui sont perçues comme étant "un impact direct des changements climatiques".

LIRE AUSSI: