Voitures administratives: Nette baisse du nombre d'infractions au cours du premier semestre 2017

Publication: Mis à jour:
PITONS TUNISIE
HuffPost Maghreb
Imprimer

Le nombre d'infractions liées à l’utilisation de voitures administratives continue de diminuer. C'est ce qu'a dévoilé le ministère des Domaines de l’État et des Affaires foncières dans un communiqué rendu public le 8 août 2017.

Le taux est passé de 13% en septembre 2016, date de lancement des campagnes de contrôle, pour atteindre 4,9% à la fin du premier semestre 2017. Cette baisse intervient à la suite de l’engagement du gouvernement d’union nationale à consolider la politique de la bonne gouvernance et de bonne gestion des deniers publics, explique le communiqué.

Les équipes de contrôle multiplient les opérations de contrôle, indique le ministère. Ainsi, le niveau du contrôle mensuel a doublé passant de 1134 en 2016 à 2374 voitures contrôlées en 2017.

À cet effet, 434 opérations de contrôle ont été enregistrées, 14246 voitures administratives contrôlées et 709 procès verbaux rédigés.

Le ministère des domaines de l’État et des affaires foncières a lancé des campagnes de sensibilisation, à travers les médias nationaux et régionaux ainsi que sur les réseaux sociaux, appelant les utilisateurs des voitures administratives à respecter les lois et règlements en cours dans ce domaine. Une amende de 20 dinars a été, également, prévue pour toute infraction enregistrée.

D'importants efforts ont été consentis pour réduire les dépassements et mettre fin au gaspillage de l'argent public. Pour rappel, l'utilisation personnelle des voitures administratives coûte 760 milliards minimum à l'État selon l'Association Tunisienne de Lutte contre la Corruption (ATLUC).

D'après l'association, la Tunisie compte 700.000 fonctionnaires et 84.000 véhicules administratifs, soit près d'une voiture pour huit fonctionnaires. Toujours selon l'Association Tunisienne de Lutte contre la Corruption (ATLUC), le nombre de voitures administratives en Tunisie a augmenté, passant à 11000 unités entre 2012 et 2015, et dont les divers frais s'élèvent à 760 milliards par an, dont 540 destinés à la consommation d'essence.

En décembre dernier, le secrétaire d'État aux Domaines de l'État et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid, a annoncé, que de nouvelles mesures seront prises concernant les voitures administratives. Il a indiqué que les plaques d’immatriculation des voitures de fonction notamment celles réservées aux hauts responsables de l’État ne seront plus rouges comme à l’accoutumée. “Elles seront modifiées en plaques ordinaires, noires.” a-t-il précisé.

De son côté, l'ancien ministre de la Fonction publique et de la gouvernance, Abid Briki, a fait savoir lors d’une émission télévisée diffusée en mois de décembre 2016, l’intention de son ministère de mettre fin à l’utilisation des voitures administratives.

Cette proposition a été évoquée, notamment, en 2014 par le gouvernement Mehdi Jomâa qui avait proposé de "remplacer les voitures de fonction au sein des institutions et établissements publics par une prime financière" et de "remplacer les bons d'essence par une prime financière compensatoire”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.