Les beach bars en Tunisie: Malgré les critiques, les Tunisiens en sont adeptes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Profiter du soleil et de la plage dans un cadre convivial, avec en arrière fond une musique joviale, puis une bonne bouffe et des cocktails alléchants, c'est la promesse des beach bars qui fleurissent en Tunisie, ces dernières années, à Hammamet, à Sousse, à Djerba et à Tunis principalement.

Une multiplication de l'offre qui répond à une réelle demande. La clientèle est potentiellement grande, même si les avis des adeptes sont divergents et souvent nuancés à propos de la tenue de ladite promesse.

Le HuffPost Tunisie a recueilli les témoignages de quelques clients comme Amal, jeune franco-tunisienne de 27 ans. La jeune femme fréquente plutôt les beach bars de Tunis pour "leur côté chaleureux et relax", dit-elle. Amal apprécie surtout la musique dans certains endroits: "Ça donne une ambiance soirée tout en étant à la plage", explique-t-elle.

Rabeb, 30 ans est aussi adepte des beach bars de Tunis: "C'est sympa quand on n'a pas la possibilité à cause du travail de se déplacer ailleurs sur les autres côtes de la Tunisie. On a au moins la vue de la mer en face, c'est mieux que rien mais je ne prends pas le risque de me baigner dans les plages de Gammarth, elles sont impropres à la baignade", lance-t-elle.

Sami et Sana, la trentaine tous les deux ne jurent que par les beach bars: "Il est devenu inconcevable pour moi de traîner un parasol, une glacière et de quoi manger pour profiter de la plage toute une journée. L'avantage dans les beach bars c'est qu'on est servis, dans un cadre agréable et confortable et qu'on profite de la mer", affirme Sana.

La jeune femme insiste sur le décor général: "J'ai constaté qu'on fait beaucoup d'efforts pour l'aménagement de ces espaces et pour leur conférer un style charmant", note-t-elle.

Elle pointe toutefois un bémol dans l'aménagement, "en voulant exploiter chaque mètre carré de l'espace". Le résultat? Des gens tassés les uns sur les autres: "C'est souvent bondé et à la fin de journée, on n'arrive plus à s'asseoir confortablement", déplore-t-elle.

Le problème du sur-remplissage de ces endroits est d'ailleurs évoqué par l'ensemble des personnes interrogées, tout comme le dilemme de la réservation. "On a un réel problème d'organisation, de logistique, de réservations", fustige Sana, qui raconte que certains de ses amis ont été refoulés malgré avoir reçu un message de confirmation de la gérance, au motif qu'ils étaient en fait sur la liste d'attente.

"En fait, la priorité pour eux est pour les habitués. Si tu ne l'es pas, tu n'es pas sur de pouvoir y accéder, ni d'être bien servi", explique Sana.

Même son de cloche de la part de Slim, 27 ans: "On est plus exigeant dans la sélection de la clientèle dans certains endroits, ce qui est bien pour éviter un fourre-tout désagréable, mais l'inconvénient est que si on ne te connait pas, tu peux avoir du mal à réserver malgré que tu sois 'respectable' et que tu aies de quoi te payer une journée dans un beach bar", signale-t-il.

"Dans ce genre d'endroits, on est toujours restreint à la condition de la réservation avant un certain temps. Moi qui ne planifie pas souvent mes sorties, cela est contraignant, même si je comprends le souci d'organisation qui les motive", affirme Sarah, 26 ans.

Service: Peut mieux faire

Si Sana et son mari disent être satisfaits par la qualité du service et des plats en général, Ines raconte une anecdote dans l'un des endroits où le serveur a exigé que tout le monde prenne un plat. Désabusés et malgré leurs remontrances, ils finiront par prendre ces plats non sans décolérer: "Alors qu'à la base on n'avait pas tous faim et que ceux qui n'allaient pas prendre à manger, comptaient prendre un dessert. Ce qui au niveau de l'addition revient au même".

"Il faut donner un pourboire au serveur pour être bien servi", renchérit Slim.

Slim note également la cherté de location des paillotes: "Il faut compter parfois entre 400 à 1000 dinars dans certains endroits, c'est extravagant", s'exclame-t-il.

La propreté de la piscine qui fait défaut parfois est aussi signalée par la clientèle: "Les règles d'hygiène ne sont pas toujours respectées", déplore, Sarah.

La clientèle: Trop sophistiquée?

Ahmed, 35 ans est un client qui porte un regard ironique sur les beach bars, tout en les fréquentant. "Je m'amuse beaucoup à voir ces jeunes filles avec leur brushing étudié, leur maquillage impeccable et parfois leurs talons hauts, et ce au bord de la mer", lance-t-il sarcastique quant à "cette clientèle trop sophistiquée".

Même regard critique porté par Ghalia, 32 ans: "Les filles vous en faites trop, lâchez-vous", s'exclame-t-elle. Et d'ajouter: "C'est vrai que parfois c'est agréable dans certains endroits mais dans d'autres, c'est peu décontracté et spontané pour moi, les gens sont trop dans les apparences", souligne-t-elle.

Amal, de son côté, a du mal à choisir sa tenue pour les beach bars, "J'ai pas envie de mettre quelque chose de trop simple, t-shirt-short, j'ai pas envie non plus d'y aller en talons" ce qui la préoccupe? "c'est le risque de les abîmer" admet-elle.
Et comme elle le résume si bien, "C'est assez compliqué de choisir sa tenue!"

Close
Beach Bars en vogue en Tunisie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.