Casablanca: Un rassemblement en hommage à Imad Laâtibi (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

HIRAK - Plusieurs dizaines de personnes se sont donnés rendez-vous mercredi à 20H, à la place des Nations unies pour rendre hommage à Imad Laâtabi, dont la mort a été annoncée quelques heures plus tôt dans la journée. Ce jeune manifestant du Hirak, le mouvement contestation qui secoue la région du Rif depuis plusieurs mois, avait été blessé à la tête le 20 juillet dernier, après des affrontements avec les forces de l'ordre.

C'est le premier manifestant décédé depuis le début de la contestation en octobre 2016. "Imad est mort tué et le Makhzen est le responsable", "Martyr repose-toi, l'assassin sera jugé", "Justice pour Imad" ou encore "Vive le peuple", scandaient notamment les personnes présentes, bougies à la main, après quelques minutes de silence.

"Nous sommes aujourd'hui ici pour exprimer notre colère et notre douleur après la mort de Imad Laâtibi. C'est un martyr de la hogra. Nous sommes aussi venus pour dire 'assez!' aux responsables du pays et aux preneurs de décisions", explique au HuffPost Maroc Benalla Ichrak, une militante des droits de l'Homme.

"Nous espérons qu'une solution puisse être trouvée pour ce dossier et souhaitons que tous les détenus du Hirak soient remis en liberté, à Casablanca et ailleurs", poursuit-elle.

Mort le 20 juillet

"Nous avons appris la tenue d'un rassemblement ce soir à Casablanca sur les réseaux sociaux. C'est pour rendre hommage à Imad Laâtabi, sorti manifester le 20 juillet dernier à Al Hoceima, pacifiquement avant d'être blessé par un policier dans sa tête, à Hay Boujibar", déplore aussi Leila Nassimi, une autre militante des droits de l'Homme. "Il n'y a aucune raison pour qu'il soit mort aujourd'hui".

Selon elle, les forces de l'ordre sont les principaux responsables de sa mort. "Les droits de l'Homme les plus élémentaires, comme le droit à la vie, ne sont pas respectés au Maroc. J'espère que les Marocains seront unis pour demander à ce que cette situation change".

Le sit-in a duré au total un peu moins d'une heure. La forces de l'ordre étaient présentes sur les lieux, mais ne sont pas intervenues.

Imad Laâtabi avait pris part à la marche du 20 juillet à Al Hoceima, interdite par les autorités. Il était depuis placé dans un état de mort clinique à l’hôpital militaire de Rabat. Son décès a été annoncé le 8 août par Abdessadak Elbouchattaoui, l'un des avocats du comité de défense des détenus du Hirak.

"J'espère que vous allez vous retenir, vous contrôler. Imad Laâtabi est décédé. C'est un martyr pour nous", a-t-il écrit sur un post Facebook. Selon l'Association marocaine des droits humains (AMDH), Imaad Lâatabi avait été blessé par des jets de bombes lacrymogènes. Le procureur d’Al-Hoceima a affirmé que des investigations étaient en cours pour "élucider les circonstances de cet incident, déterminer les responsabilités et prendre les mesures juridiques qui s’imposent".

  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
    Le frère de Nasser Zefzafi
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
  • Ghita Ismaili
LIRE AUSSI: