Après l'accueil de députés tunisiens par Al Assad: Khemaies Jhinaoui rappelle que c'est lui et le président de la République qui exercent "la diplomatie officielle"

Publication: Mis à jour:
JHINAOUI
Riccardo De Luca/Anadolu Agency/Getty Images
Imprimer

Interrogé en marge d'une conférence de presse donnée mardi, le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui est revenu sur la visite en Syrie d'une délégation parlementaire tunisienne mais également sur celle de l'UGTT en affirmant que celle-ci n'avait pas sondé le ministère avant son départ.

"Nos relations avec la Syrie ne sont pas rompues puisque nous avons une ambassade là-bas" a commencé le ministre avant d'ajouter qu' "Il n'y a pas eu de coordination".

"Nous ne sommes pas contre ce genres d'initiatives mais il faut qu'elles soient faites en collaboration avec l'Assemblée des représentants du peuple mais également avec la diplomatie officielle" a indiqué Khemaies Jhinaoui avant d'ajouter: "Ce que j'ai entendu de la part de l'UGTT et des députés, c'est qu'ils ne comptent pas remplacer la diplomatie officielle. C'est seulement dans le cadre d'un renforcement de la diplomatie officielle que dirige le président de la République".

Quant aux priorités que le chef de la diplomatie tunisienne voit en Syrie, il indique: "Ce que je vois comme prioritaire, c'est d'abord d'aider la Syrie à sortir de la crise dans laquelle elle se trouve" a-t-il conclu.

Lundi, une délégation parlementaire tunisienne avait été reçue par le président syrien Bachar Al Assad. Ce dernier avait affirmé lors de cette rencontre être prêt à rétablir immédiatement la coopération sécuritaire entre la Syrie et la Tunisie.

Au mois de juillet dernier, c'est une délégation de l'UGTT qui s'était rendue en Syrie et qui avait rencontré Bachar Al Assad. Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l'UGTT avait alors indiqué que "la Tunisie sera toujours aux côtés de la Syrie pour la soutenir dans la guerre qu'elle mène contre le terrorisme jusqu'à ce qu'il soit vaincu".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.