Démission: El Omari s'explique

Publication: Mis à jour:
ILYAS EL OMARI PAM
Ilyas El Omari s'explique à propos de sa démission lors d'une conférence de presse tenue le 8 août | AIC PRESS
Imprimer

POLITIQUE - Les évènements se sont enchaînés. À quelques heures de l’annonce surprise de sa démission du secrétariat général du Parti authenticité et modernité (PAM), et après une réunion tardive du bureau politique, Ilyas El Omari a rencontré la presse ce matin pour leur dévoiler "les raisons de cette décision".

Dès le début de sa confession, El Omari évoque "un choix personnel" et "une décision irréversible". Ces deux adjectifs reviendront d’ailleurs souvent dans sa déclaration afin d’écarter les insinuations sur une quelconque pression extérieure. "Je ne reçois d’instructions de personne et mes décisions ne m’ont jamais été dictées par qui que ce soit", lance-t-il sur un ton ferme.

Les raisons sont donc à chercher ailleurs, plus précisément du côté des réalisations du parti. Deux ans après les dernières élections communales, le bilan n’est pas reluisant. "Certains présidents de conseils n’ont non seulement pas respecté leur programme électoral, mais ont manqué à leurs engagements envers le parti", révèle El Omari.

Même aveu d’échec chez des députés du PAM. Les absences répétées et délibérées de quelques membres, que ce soit aux plénières ou aux réunions des commissions, ont conforté le secrétaire général dans sa décision. "Il était inconcevable que ces gens soient les seuls à rendre des comptes. J’en suis également responsable vu que j’étais celui qui avait validé leur candidature".

Malgré le timing, El Omari insiste pour dire que sa démission n’a rien à voir avec le dernier discours royal, même s’il reconnait s’être senti visé par ses propos. "J’ai été surpris, au lendemain du discours, de voir les partis politiques louer à l’unanimité la pertinence du discours sans qu’aucun dirigeant ne se sente visé. Moi je le dis aujourd’hui, je me sens concerné" avoue le secrétaire général.

Quid de son poste à la tête de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima ? Si Ilyas El Omari n’exclut pas une autre démission si les circonstances l’exigent, il prend la peine de préciser que la situation est différente. "Me présenter au secrétariat général du parti était un choix individuel, ce qui n’est pas le cas de mon poste au sein de la région. J’y ai accédé avec des partenaires que je n’ai pas le droit de trahir en décidant unilatéralement de me retirer".

Pour rappel, c’est désormais au Conseil national du parti de trancher. En attendant, la direction a été confiée à Habib Belkouch.

LIRE AUSSI: