Nja Mahdaoui et Khaled Ben Slimane présenteront leurs travaux à Paris, dans l'exposition "Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L’Institut des Cultures d’Islam à Paris vient d’annoncer l’ouverture prochaine d’une exposition d’envergure consacrée à la calligraphie et à l’art urbain, intitulée "Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art".

Autour de l’exposition, qui se tiendra du 21 septembre au 21 janvier prochains, plusieurs événements exploreront la calligraphie à travers les arts actuels.

Les calligraphes tunisiens Khaled Ben Slimane et Nja Mahdaoui présenteront leurs travaux au milieu d’autres grands maîtres mais aussi de créateurs émergents.

Parmi les artistes exposés, on constate en effet, une large représentation le la scène nord-africaine, avec une écrasante majorité d’artistes marocains: Mustapha Akrim, Mounir Fatmi, Sara Ouhaddou et Tarek Benaoum. Les réalisations des plasticiens algériens Rachid Karaïchi et Fayçal Baghriche feront également honneur à cette exposition.

zzzz

Autant de travaux qui feront échos à ceux d’artistes moyen-orientaux majeurs comme Etel Adnan, Ammar Abo Bakr, Bahia Shehab, Parastou Forouhar, Bahman Panahi, Hossein Valamanesh et Hassan Massoudy.

L’œuvre de la peintre japonaise Mari Minato, du street artiste l’Atlas et du célèbre plasticien français Bernar Venet viennent compléter ce remarquable tableau.

Outre la réalisation plastique, l’expression corporelle est aussi soigneusement mise en lumière par des artistes pluridisciplinaires comme la danseuse-artiste américaine Heather Hansen ou le danseur de hip hop Smail Kaouté, repéré par le chorégraphe tunisien Radhouane El Meddeb.

Des œuvres emblématiques de la calligraphie traditionnelle rencontreront ainsi des réalisations transgressant les traditions à travers notamment l’exploitation de nouveaux médiums comme la céramique, le bronze, le verre ou la vidéo, explorant les limites de l’abstraction. Ces productions aborderont des thèmes aussi variés que la spiritualité, l’autorité ou le territoire.

Parallèlement à la visite, l’événement propose un espace pédagogique, centré sur l’histoire de la calligraphie, en partenariat avec la plateforme Beyrouthine "Dar El-Nimer for Arts and Culture".

Au fil de l’événement, les façades de l’Institut laisseront apparaître des œuvres de street art monumentales. Des parcours vers d’autres institutions culturelles parisiennes, comme le Louvre, le Jeu de Paume ou encore les murs de graffs de la Goutte d’Or, feront échos au projet.

Ateliers, concerts, conférences, hip hop et danse contemporaine autour de travaux calligraphiques… sont au programme de "Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art", sous la direction artistique de Bérénice Saliou, dirigeante et fondatrice de la résidence d’artistes "Trankat" à la médina de Tétouan.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.