Jean Luc Mélenchon écrit une lettre à "Si Béji" l'appelant à garantir la sécurité de Hamma Hammami

Publication: Mis à jour:
MELENCHON
Charles Platiau / Reuters
Imprimer

Le député des Bouches du Rhône et président du groupe "La France Insoumise" à l’Assemblée Nationale de la République française Jean Luc Mélenchon a appelé lundi, le président de la République tunisienne Béji Caid Essebsi à garantir de nouveau la sécurité du leader du Front populaire Hamma Hammami.

Indiquant son admiration pour la Tunisie et affirmant s'adresser à Béji Caid Essebsi en tant qu' "ami du peuple tunisien, et d’un admirateur de sa contribution à l’histoire de la liberté", Jean Luc Mélenchon indique: "Je m’inquiète avec mes proches de la situation de mon ami très cher Hamma Hammami. Le dispositif de sécurité que l’Etat tunisien avait judicieusement organisé pour assurer sa protection a été entièrement modifié et réduit. Pourtant, le niveau des menaces qui le vise n’a pas baissé, de l’aveu même des autorités qui vous entourent".

Appelant Béji Caid Essebsi "Si Beji", le leader de la France Insoumise rappelle le long processus démocratique par lequel est passé la Tunisie: "Si nombreux et si divers que soient tous ceux qui ont concouru à cette immense résultat, je sais que vous n’oublierez pas la part singulière qu’y ont eu mes amis Choukri Belaïd et Mohamed Brahmi, députés du Front Populaire. Mais ils ont été assassinés, comme vous le savez, sur le pas de leur porte" (...) "Mais vous savez comme moi que l’un et l’autre seraient en vie si les autorités d’alors avaient assuré leur sécurité comme vous l’avez fait jusqu’à une date récente pour Hamma Hammami" note-t-il.

Rappelant que Radhia Nasraoui est en grève de la faim depuis 28 jours, il affirme: "Si Beji entendez la crainte qui nous étreint comme elle. Permettez que la sécurité de notre ami soit de nouveau garantie totalement, sous la responsabilité de votre propre garde comme ce fut le cas jusque là. Dans un tel domaine mieux vaut trop que pas assez, si le mal et le crime veulent s’avancer".

Dans une déclaration accordée sur Mosaïque FM, Hamma Hammami avait affirmé que la levée de sa protection rapprochée est une sanction politique venant du président de la République.

Depuis la levée de la protection rapprochée, sa femme Radhia Nasraoui a entamé une grève de la faim. Lors d'un point de presse en marge de cette décision elle avait affirmé qu'"Ils veulent se débarrasser de Hamma".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.