Le duo Ilhem Medfai/Badiaa Bouhrizi fait voyager le public de Hammamet (VIDÉOS)

Publication: Mis à jour:
FVF
Facebook/Hedi Oueslati
Imprimer

De l’Iraq aux États-Unis en passant par l’Espagne, le public de ce 53ème Festival de Hammamet a vu du paysage, vendredi 4 août!

La jeune Tunisienne Badiaa Bouhrizi a ouvert la première partie de cette soirée métissée en chantant l’amour et ses tourments, à travers un nouveau projet musical intitulé "LOVE REVOLT" et ses nouvelles compositions à la fois mystiques et épurées.

Elle a su ambiancer l’ensemble des spectateurs, jeunes et moins jeunes, grâce à un style vocal remarquable, des paroles engagées et la création d’une fusion musicale empruntée au jazz, à la soul, au rock au triphop et à la musique classique, nous invitant à traverser les frontières.

La chanteuse a partagé la scène avec une talentueuse brochette de musiciens 100% tunisienne, formée par le guitariste Hedi Fahem, le batteur Youssef Soltana, le bassiste Marwen Soltana, le pianiste Selim Arjoun, le violoniste Wissem Ziadi et le percussionniste Malek Ben Halim.

Le très attendu compositeur et interprète irakien originaire de Baghdad Ilhem Medfai a ensuite pris la relève.

Ce monument de la chanson irakienne a su séduire l’Orient comme l’Occident, avec une musique mêlant tradition irakienne et influences multiples, allant du flamenco au rock.

Ses interprétations remettent au goût du jour les œuvres illustres du poète syrien Nizar Qabbani, du Libanais Ilya Abû Mâdi ou encore du Tunisien Abou el Kacem Chebbi.

Le musicien a régalé le public de ses titres les plus fameux comme Ana Blayak, Baghdad, Ya Bnaya, ou encore Babouri avant de finir avec un émouvant hommage à l’hymne palestinien.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.