Non, un jeune homme n'a pas été arrêté pour avoir fait une demande en mariage à sa fiancée à l'aéroport Tunis-Carthage

Publication: Mis à jour:
MARRY ME
FACEBOOK/AMINE MANAI
Imprimer

Qui a dit que le romantisme est mort? En tout cas pas ce jeune homme.

Wessim, accompagné d'un groupe d'amis, s'est fait remarqué à l'aéroport de Tunis-Carthage. Et pour cause. Il a en fait accueilli sa fiancée par des pancartes sur lesquelles on peut lire: "Will you marry me?" ("Veux-tu m'épouser?"). La jeune femme était émue.

À genou, le prétendant a passé la bague au doigt de sa bien-aimée, qui a accepté avec beaucoup de joie.

Mais selon plusieurs internautes et certains médias,l'affaire ne se serait pas arrêtée là. En effet, selon eux, le jeune homme aurait été arrêté pour "trouble à l'ordre public" avant d'être relâché après avoir payé une amende de 75 dinars.

Une version que viendrait corroborer le secrétaire général du parti Machroû Tounes Mohsen Marzouk, qui dans un statut Facebook déplore cette arrestation: "Le jeune qui a été arrêté à l'aéroport Tunis-Carthage parce qu'il a demandé la main de sa fiancée mériterait qu'on soit fier de lui, pas qu'on lui cherche des problèmes (...) Laissez les jeunes vivres, l'amour est une arme contre le désespoir, l'ennui, le terrorisme. C'est bien que l'espace public soit un espace soit festif" a-t-il affirmé.

Contacté par le HuffPost Tunisie, Wessim le jeune homme à l'origine de cette initiative affirme que "dès mon arrivée à l'aéroport la police est venue me demander si moi ou ma copine étions des personnes célèbres pour qu'ils nous assurent la sécurité en sortant car il y avait beaucoup de gens qui nous prenaient en photos. Puis ils m'ont encouragé et souhaité tout le bonheur avec ma futur épouse. Et après nous sommes sortis de l'aéroport sains et sauf".

Indiquant n'avoir pas été réprimandé, ni enjoint à payer une amende, il ajoute: "Contrairement à ce qu'ils racontent, les policiers étaient très gentils avec moi ils ont seulement pris nos noms (sans les noter, c'était juste par la parole) et ils m'ont félicité. Même avant qu'ils partent ils m'ont dit: "Ne nous oublie pas pour la Baklawa".. Ça fait mal au coeur de lire les tonnes d'insultes contre les policiers suites aux mensonges publiés sur Facebook".

Contacté par le HuffPost Tunisie, le ministère de l'Intérieur était injoignable.

Un agent de police de l'aéroport explique au HuffPost Tunisie que "les rassemblements au sein de l'aéroport doivent faire l'objet d'une autorisation de la direction de celui-ci après aval du ministère de l'Intérieur. Il en va de même des tournages ou de tout évènement promotionnel ou non" explique-t-il.

Quant au fait d'organiser une demande en mariage, il affirme avoir entendu parler de l'histoire du jeune homme par ses collègues, étant lui même de repos ce jour-là: "J'ai vu les photos sur les réseaux sociaux. On m'a dit qu'il n'a pas été inquiété" rapporte-t-il avant d'ajouter: "Quand c'est en petit comité comme cela, ça ne dérange pas. Par contre ce qui aurait pu être dangereux, c'est le mouvement de foule qui s'est amassé devant eux, cela peut contribuer à créer une diversion et être dangereux pour la sécurité de l'aéroport".

Alors comment expliquer la venue en masse de supporters lors d'exploits sportifs? "Là c'est différent. On est préparés, on sait qu'ils vont venir et on prend dès le départ nos dispositions. On est pas pris au dépourvu" conclut-il.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Dépenses des Tunisiens pour le mariage- Témoignages
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction