Israël décide de fermer les bureaux d'Al-Jazeera, celle-ci dénonce la décision et va la contester en justice

Publication: Mis à jour:
AL JAZEERA
The logo of Al Jazeera Media Network is seen on its headquarters building in Doha, Qatar June 8, 2017. REUTERS/Naseem Zeitoon | Naseem Mohammed Bny Huthil / Reuters
Imprimer

La chaîne de télévision Al-Jazeera du Qatar dénonce la décision du gouvernement israélien de fermer ses bureaux et va la contester en justice, a annoncé dimanche un responsable de la chaîne.

"Al-Jazeera dénonce cette mesure de la part d'un Etat qui prétend être la seule démocratie du Moyen-Orient", a déclaré à l'AFP ce responsable, ajoutant que la chaîne va contester en justice cette mesure, qu'il a qualifiée de "grave".

"Al-Jazeera suivra le dossier via des procédures légales et judiciaires appropriées", a-t-il dit.

Israël a annoncé dimanche son intention de fermer les bureaux d'Al-Jazeera, accusée par les autorités de se livrer à des "incitations" à la violence, a annoncé le ministère israélien des Communications.

Israël accuse depuis des années cette chaîne de partialité dans sa couverture du conflit qui l'oppose aux Palestiniens. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé fin juillet qu'il voulait expulser Al-Jazeera, accusée d'attiser les tensions autour des lieux saints à Jérusalem.

"Israël prétend qu'il est le seul Etat démocratique du Moyen-Orient et s'en vante, mais il suit, par sa décision, celle de pays dictatoriaux qui ne reconnaissent pas la liberté d'expression et la liberté d'information", a souligné le responsable d'Al-Jazeera.

Il s'est étonné de voir le ministère israélien des Communications justifier la décision contre sa chaîne par des arguments utilisés par les "pays du blocus que sont l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte".

Ces pays ont rompu le 5 juin avec le Qatar en l'accusant de soutenir le "terrorisme" et exigent entre autres pour normaliser leurs relations la fermeture d'Al-Jazeera.

Le ministre israélien des Communications a motivé sa décision par le fait que "ces derniers temps, presque tous les pays de la région notamment l'Arabie Saoudite, l'Egypte et la Jordanie, sont parvenus à la conclusion qu'Al-Jazeera incite au terrorisme et à l'extrémisme religieux". "Il était aberrant dans ces conditions que cette chaîne continue à émettre" à partir d'Israël, a ajouté le ministre, Ayoub Kara.

Le responsable d'Al-Jazeera a contesté les accusations israéliennes de partialité dans la couverture des évènements autour des lieux saints de Jérusalem.

"Notre couverture des évènements dans les territoires palestiniens est professionnelle et objective et les Israéliens l'ont reconnu plus d'une fois car nous sommes soucieux de présenter les opinions et leurs contraires", a-t-il dit.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.