700 millions de livres sterling pour encourager les entreprises britanniques à investir en Tunisie

Publication: Mis à jour:
TUNISIA UK
Tunisian flag with UK flag on a tree stump isolated | Golden_Brown via Getty Images
Imprimer

Le Royaume-Uni est à la recherche de nouvelles opportunités et accords avec la Tunisie et ce dans les domaines de la santé, de l'énergie renouvelable et du tourisme notamment de santé " a déclaré jeudi, le ministre d'Etat britannique chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord Alistair Burt en visite en Tunisie.

Dans ce contexte, le ministre Britannique a exprimé la volonté de son pays de soutenir l'investissement en Tunisie précisant que l'agence britannique de crédit à l'exportation UKEF mettra à la disposition des compagnies britanniques 700 millions de livres (2201 millions de dinars) sous forme de crédit à l’exportation et de garanties pour les encourager à investir en Tunisie.

De son coté, le ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale et ministre des finances par interim Fadhel Abdelkefi a souligné la nécessité de renforcer davantage les relations économiques bilatérales, de manière à les hisser aux niveaux des relations diplomatiques et d'amitié existantes entre les deux pays.

Les investissements britanniques en Tunisie sont concentrés sur certaines activités, a ajouté le ministre, notant qu’il faut encourager les concessions et les partenariats entre les secteurs public et privé.

Le gouvernement présentera en 2019, un nouveau modèle de budget de manière à ne pas cibler que les grands projets dans ce domaine, a-t-il ajouté.

Pour le président de la Chambre de Commerce Tuniso-Britannique Mehdi Ben Abdallah, le débat intervient après la levée des restrictions de voyages vers la Tunisie et le Brexit (sortie du Royaume Uni de l’Union européenne), lesquels peuvent donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales.

"Il reste encore beaucoup à faire pour hisser le commerce et l'investissement entre les deux pays au niveau escompté », a-t-il souligné

l’impératif de renforcer les relations commerciales et de développer des marchés dans certains secteurs tels que l'énergie, la santé, la finance, l'éducation, le tourisme ou encore le secteur agroalimentaire, tout particulièrement l'huile d'olive.

Ben Abdallah a proposé la création d'une commission mixte qui compte parmi ses membres les représentants des deux gouvernements, l'UTICA et la Chambre de Commerce Tuniso-Britannique pour développer le cadre général de la coopération post-Brexit.

A cet égard, une réunion sera organisée dans la capitale britannique, à l'invitation du lord maire de Londres pour promouvoir le site d’investissement tunisien et présenter aux investisseurs les opportunités qui existent entre les deux pays, a-t-il affirmé.

Toujours dans le cadre de l'encouragement de la Tunisie dans sa transition démocratique, la Grande-Bretagne a accordé jeudi un don de 4,5 millions de livres sterling soit près de 15 millions de dinars à la République tunisienne afin de l'encourager dans la lutte contre la corruption et favoriser la bonne gouvernance.

Selon le mémorandum d'entente, cette somme est destinée à renforcer les capacités et la structure de l'Instance Supérieure De Contrôle Administratif Et Financier afin qu'elle soit conforme aux standards internationaux.

D'après le secrétaire d'État britannique au Moyen-Orient et à l'Afrique du Nord, Alistair Burt cela permettra au monde de refaire confiance à la Tunisie en matière d'investissements.

Lire aussi: Tunisie: Un don britannique de 4,5 millions de livres sterling au profit de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.