"On n'y croit plus": en Tunisie, la difficile mobilisation des électeurs (REPORTAGE)

Publication: Mis à jour:
TUNISIA ELECTIONS
A French national residing in Tunisia casts her vote for the first round of the French presidential election on April 23, 2017, at the French embassy in Tunis. / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Sous un soleil de plomb, de jeunes Tunisiens tentent de convaincre les passants de s'inscrire sur les listes électorales en prévision des municipales de décembre. Mais canicule et désenchantement leur compliquent la tâche.

Amira Khammassi travaille comme agent de sensibilisation pour l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Depuis le début de la campagne d'inscription, elle parcourt les rues, visite les lycées et arpente les centres commerciaux. Mais selon elle, très peu de gens viennent s'inscrire "tout seuls".
"Les élections présidentielles et législatives de 2014 n'ont rien changé et le développement de la Tunisie est presque à l'arrêt", dit-elle à l'AFP. "Certains préfèrent ne rien faire car ils n'ont plus d'espoir." a-t-elle ajouté

Malgré "des signes de détente" selon les autorités, la Tunisie peine toujours à faire redémarrer son économie et le chômage reste élevé, notamment chez les jeunes.

Gestion défaillante

Prévu pour le 17 décembre, six ans jour pour jour après l'immolation du jeune vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, point de départ de la révolution tunisienne, le scrutin est censé ancrer le processus démocratique à l'échelle locale.

Il pourrait aussi permettre d'améliorer un quotidien dont la dégradation, depuis 2011, irrite les Tunisiens. Car dans la foulée du soulèvement, les municipalités ont été dissoutes et remplacées par des équipes provisoires. La gestion des villes est devenue défaillante, le ramassage des ordures aléatoire.

Pourtant, nombreux sont les Tunisiens à se dire indifférents à ces premières municipales depuis la révolution.
"Les Tunisiens ne croient plus aux politicards, aux partis et même à la société civile. "On n'y croit plus parce que ça parle, ça parle et on ne voit rien se concrétiser" lâche Najet, une enseignante, venue malgré tout s'inscrire parce qu'elle connaît "personnellement" de futurs candidats.

Une grande partie des jeunes Tunisiens sont dans l'indifférence la plus totale. "et si untel ou untel arrive au pouvoir, en quoi ça nous concerne?" se disent-ils

"Les pauvres vont rester pauvres, ça ne va rien changer", déplore Ichrak Bahri, 20 ans.

Les partis politiques ne se montrent pas non plus pressés de participer au scrutin. Certains réclament son report tandis que d'autres semblent déjà se positionner en vue de la bataille suivante: les législatives et la présidentielle de 2019.
L'Isie a elle-même été agitée par des remous. En effet, son président Chafik Sarsar, une personnalité respectée qui a mené à bien les élections de 2014, a démissionné avec fracas en mai en laissant entendre qu'il ne pouvait plus travailler de manière "transparente" et impartiale".

Multiples efforts

Face à ce contexte difficile, l'instance dit faire son possible pour encourager les inscriptions. Spots télé et radio, campagne d'affichage, bureaux à la Poste et dans les hypermarchés ou encore stands ambulants ont été mis en place.

"Mais les partis politiques et la société civile ne sont pas engagés comme c'était le cas en 2011 et 2014", pour les élections de l'Assemblée constituante puis les législatives et la présidentielle, affirme à l'AFP Salah Riahi, responsable de l'Isie à Tunis.
"Or ces gens qui n'étaient pas sur le registre électoral en 2011 et en 2014, c'est la partie la plus difficile" à convaincre, parce qu'ils "ne s'intéressent pas à la question des élections", juge-t-il.

Sur un corps électoral d'environ huit millions de personnes pour 11 millions d'habitants, près de cinq millions de Tunisiens sont inscrits depuis les dernières élections. A quelques jours de la fin des inscriptions, l'Isie a enregistré quelques 421.000 nouveaux votants, sur trois millions de nouveaux électeurs potentiels.

Tranchant avec la morosité ambiante, certains électeurs se disent enthousiastes.
Aïcha Maherzi, 19 ans, votera pour la première fois de sa vie le 17 décembre. Elle regrette de voir que sa "génération ne s'intéresse pas aux élections". "Mes amis se moquent de moi, alors que c'est moi qui devrais me moquer d'eux" parce qu'ils ne veulent pas voter, lâche-t-elle en riant. Aïcha ne perd toutefois pas espoir. Elle en est sûre : ces élections pourraient signer le début d'une amélioration des "infrastructures", de "la propreté" et de "l'environnement".

Par ailleurs, dans une interview exclusive accordée à la chaîne de télévision tunisienne privée Nessma, Rached Ghannouchi, le leader du mouvement d'Ennahdha (un des partis majoritaires à l'assemblé) avait insisté sur l'importance de la répartition du pouvoir sur les régions à travers les prochaines élections municipales, une étape qu'il juge faisant partie de la "solution à la crise par laquelle passe le pays", et que la mise en place retardée de ces élections a été un des "obstacles au développement régional".

"À ce jour nous n'avons fait que partager le pouvoir entre Carthage, le Bardo et la Kasbah. Mais le partage le plus important doit être entre la capitale et les régions" a-t-il affirmé.

"Avec les élections municipales nous créerons 7000 responsables afin que la transition démocratique s'enracine" à-t-il ajouté.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.