Cinq films marocains qui sortiront prochainement (et qu'il ne faudra pas manquer)

Publication: Mis à jour:
CINEMA
Pavel Losevsky
Imprimer

CINÉMA - Depuis quelques semaines, des festivals de cinéma annoncent les uns après les autres la programmation de films marocains, prémices de leur sortie prochaine dans les salles obscures marocaines et internationales. Nabil Ayouch, Faouzi Bensaidi, Narjis Nejjar... L'année 2018 s'annonce riche pour le cinéma national après une année précédente qui semble avoir été une saison en jachère. Zoom sur cinq films qui feront l'actualité culturelle de l'année prochaine.

"Razzia" de Nabil Ayouch

razzia

Fraîchement nommé au Festival international du film de Toronto, "Razzia" marquera le grand retour dans les salles marocaines de Nabil Ayouch. Cinq ans après "Les chevaux de Dieu" et deux ans après "Much Loved" (interdit au Maroc), Nabil Ayouch revient avec un film traitant des libertés individuelles à travers le destin de cinq personnages issus de milieux sociaux différents.

Parmi les comédiens du film, on retrouve notamment Amine Ennaji, que l'on avait vu à l'affiche de "Much loved", mais aussi Abdelilah Rachid, Arieh Worthalter, et pour la première fois à l'écran, Maryam Touzani, qui a co-scénarisé le film, et Dounia Binebine, la fille du peintre et auteur Mahi Binebine. "Razzia" devrait sortir dans les salles marocaines au début 2018. Il sera interdit aux moins de 16 ans.

"Volubilis" de Faouzi Bensaidi

unifrance

Après six ans d'absence derrière la caméra, Faouzi Bensaidi fait son grand retour sur la chaise de réalisateur avec "Volubilis", une histoire d'amour sur fond de précarité sociale. Un retour gagnant pour le réalisateur qui a été sélectionné à la Mostra de Venise dans la catégorie "Venice Days", équivalent de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

Cette sélection signe un retour en terrain connu pour le cinéaste, qui a déjà été sélectionné à quatre reprises dans ce festival, et deux fois récompensé, pour des courts et longs-métrages. "C'est un rendez-vous qui m'est cher", avait expliqué le cinéaste au HuffPost Maroc.

Le film, qui réunit à l'écran les acteurs Mouhcine Malzi et Nadia Kounda, devrait sortir en salles à la fin de l'année 2017 ou début 2018. D'ici là, il pourrait être présenté dans d'autres festivals internationaux.

"Apatride" de Narjiss Nejjar

apatride

La réalisatrice de "L'amante du Rif" et "Les yeux secs" s'apprête à sorti un nouveau film. Selon le magazine américain Variety, Narjiss Nejjar s'attaque dans "Apatride" à un pan sensible de l'histoire marocaine: l'expulsion de 45.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975.

"Apatride", co-produit par Julie Gayet, suit le parcours d'une femme de 35 ans, hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui a séparé de nombreuses familles maroco-algériennes. L'héroïne, qui avait douze ans lorsqu'elle a fui au Maroc avec son père, laissant sa mère seule en Algérie, a grandi avec une obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère.

Pour l'instant, aucune date de sortie n'a été annoncée mais au cours du festival de Cannes 2017, la productrice Lamia Chraibi a déclaré au HuffPost Maroc avoir présenté cet opus au marché du film de Cannes.

"Le monde dont on rêve n’existe pas" d'Ayoub Qanir

Autre film marocain sélectionné à un festival international (celui de la Nouvelle-Orléans en Louisiane), "Le monde dont on rêve n’existe pas", d'Ayoub Qanir.

Un film que le jeune réalisateur maroco-américain est allé tourner très loin du territoire national, en Mongolie. Le film raconte l'histoire d'un chaman mongole qui sacrifie sa vie pour sauver celle de son petit-fils, tombé dans un coma après avoir mangé des champignons toxiques.

"J'espère, à travers ce film, inspirer les jeunes marocains à essayer de nouvelles approches et méthodes dans leurs films. Ils peuvent échouer mais en ressortiront toujours avec de nouvelles idées" avait déclaré le réalisateur au HuffPost Maroc.

"La blessure la plus rapprochée du soleil" de Hicham Lasri

hicham lasri

Que serait le cinéma marocain sans la sortie quasi annuelle d'un film de Hicham Lasri? Cet hyperactif, en plus de la production, écriture et réalisation de films, web séries et téléfilms, ou encore l'écriture et l'illustration de bandes dessinées, a quand même trouvé le temps de réaliser un nouvel opus, "La blessure la plus rapprochée du soleil".

Selon 2M.ma, ce titre "fait allusion à la citation connue du poète français René Char, 'la lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil' (...) il est question justement de lucidité mais pas n'importe laquelle! Il s’agit de la lucidité de certaines personnes de leur condition de servitude".

Un film de société qui "raconte l’histoire de 6 personnages qui écrasent les uns les autres", précise la même source. Le long-métrage est en phase de mixage et devrait sortir en 2018, selon 2M.

LIRE AUSSI: