Oukacha: L'enregistrement audio d'un détenu du Hirak serait truqué

Publication: Mis à jour:
Imprimer

HIRAK - Les détenus du Hirak de la prison locale Ain Sebaa 1 (Oukacha) n’auraient pas été “contraints à présenter des demandes de grâce” comme il a été relayé sur les réseaux sociaux, confirme la direction de la prisondans un communiqué de la délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

Les rumeurs avaient commencé après la publication sur Internet d’un appel téléphonique en rifain attribué à l’un des détenus du Hirak, Abdelali Houd, qui a fini par nier, dans une déclaration écrite, toute relation avec l’enregistrement audio qu'il a qualifié de "truqué".

Selon le communiqué, Abdelali Houd a affirmé avoir "eu une conversation téléphonique de 15 minutes avec sa mère et une autre ne dépassant pas une minute avec un proche", ajoutant qu’il "n’a pas effectué de communication de deux minutes, soit la durée du faux enregistrement".

La conversation attribuée à Houd dure 2 minutes 37 où l’on peut entendre le détenu parler en rifain avec son épouse.

Une traduction sur les réseaux sociaux circule: "Je t’ai contactée aujourd’hui pour parler un peu. Je t’ai appelée parce que tu es ce que je possède de plus cher", aurait dit le détenu par-dessus les pleurs son épouse. "Nous sommes entrés en grève ouverte de la faim revendiquant la liberté ou le martyr. Comme il ne m’est pas possible de contacter ma mère et mon père, je souhaite que tu enregistres ma voix, car il est probable qu’on ne se revoie plus dans les jours prochains. Je souhaite que tu me pardonnes et dis aux enfants du Rif de me pardonner. Dis leur de résister, résister et de rester unis".

La direction de la prison de Oukacha dénonce dans le communiqué ce genre d’actes visant à "semer le trouble en colportant des faussetés et en les attribuant aux détenus à leur insu".

LIRE AUSSI: