Après Jendouba, Bizerte, Kairouan...Béja touchée par des incendies de forêts

Publication: Mis à jour:
FRF
Facebook/béja TV
Imprimer

Les incendies de forêts continuent de sévir en Tunisie. Après Jendouba, Kairouan, Bizerte, Siliana, c'est au tour de Béja de connaitre des feux forêts.

"Le dernier feu était un grand feu et représentait un danger immédiat pour les habitants de Douar Aouayneya" a affirmé le gouverneur de Béja Hassine Hamdi à la radio Mosaïque FM jeudi.

Depuis quelques jours, deux incendies de forêts, l'un au nord et l'autre au nord ouest du gouvernorat ont causé la perte de nombreux hectares de forêt. Maitrisé par le pompiers, les feux repartent à chaque fois de plus belles indique-t-il.

Malgré l'intervention des pompiers et la mise en place d'un plan d'action, le feu est reparti "à cause de différents facteurs dont les fortes chaleurs, le sirocco et la vitesse du vent".

S'il n'y a pas eu de victimes humaines ou matérielles, "c'est entre 50 et 60 hectares de forêt qui sont partis" a-t-il ajouté.

Interrogé quand à la possibilité que ces incendies soient criminels, le gouverneur de Béja avoir trouver cela suspect: "À ce moment précis, une enquête est en cours (...) Quand des incendies se répètent au même endroit 3 ou 4 fois, cela fait planer des doutes".

Depuis quelques jours, deux nombreux incendies de forêts ont été signalés dans les gouvernorats de Béja, Bizerte, Zaghouan ou encore Jendouba.

Celui-ci a connu 15 départs de feux en deux jours obligeant certains habitants à quitter leurs domiciles.

Si la situation est globalement sous contrôle, le chef du gouvernement a ordonné l'ouverture d'une cellule de crise à la Kasbah chargée de suivre les évènements. Il a en outre ordonné au ministre de la Défense Farhat Horchani et au ministre de l'Intérieur Hédi Majdoub de se rendre sur place et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre fin à ces incendies mais également de prendre en charge les personnes lésées par celui-ci.

Lors d'un point de presse au sujet de ces incendies, le chef du gouvernement Youssef Chahed n'avait pas exclu la possibilité que ces feux aient une origine criminelle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.