Le gouvernement en "état d'urgence" après le discours royal

Publication: Mis à jour:
EL KHALFI
AIC Press
Imprimer

GOUVERNEMENT- "Nous sommes confiants, nous serons à la hauteur!". Le porte-parole du gouvernement et ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile, Mustapha El Khalfi, a rassuré les médias, cette après-midi, lors du point de presse hebdomadaire tenu à l’issue du conseil du gouvernement.

Le discours du roi ne sera pas resté lettre morte: le gouvernement compte bien en faire dorénavant le guide de son action. Ainsi, les principales orientations dictées par le souverain devront trouver leur chemin vers la concrétisation.

"Pour le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, le discours royal a mis la lumière sur plusieurs défaillances et problèmes dont souffre la gestion de la chose locale. Le gouvernement en a pleinement conscience et compte se mobiliser pour y répondre", déclare le porte-parole.

Six objectifs pour réparer les défaillances

Pour agir, le gouvernement dit avoir établi un programme d’actions "rapide et fonctionnel" devant "réparer les défaillances" évoquées dans le discours du souverain. Le mode d’emploi sera donc une feuille de route articulée en six objectifs/engagements.

Le premier sera la mise en œuvre de toutes les composantes de la constitution, notamment au niveau de la reddition des comptes.
"Le second sera d’être au service du citoyen, à son écoute, traiter ses plaintes et répondre à ses attentes", explique Mustapha El Khalfi.

Promouvoir l’investissement "générant des richesses économiques et des offres d’emplois" figure à la troisième place sur cette liste. Le gouvernement se dit prêt à ne ménager aucun effort pour accorder "toutes les facilités" en matière de procédures, surtout, aux investisseurs.

Le quatrième point, quant à lui, concerne "l’amélioration des conditions du développement humain et territorial ayant un impact direct sur le citoyen et contribuant à atteindre le but de l’équité spatiale".

Le cinquième élément, sur la liste des engagements du gouvernement, porte sur l’administration. Le défi sera d’améliorer sa gouvernance, son efficacité et son rendement.

Le sixième et dernier point concerne, pour sa part, le cadre dans lequel toutes ces actions seront menées. Il s’agit de coordonner leur réalisation entre l’ensemble des départements dans "une vision stratégique".

"Accélérer la cadence"

"Tous ces axes de travail nous imposent d’accélérer la cadence", reconnait le porte-parole du gouvernement, annonçant que l’exécution de ces actions sera bientôt déclinée. "Nous sommes appelés à travailler sur le terrain, pour que le citoyen puisse en sentir l'effet directement", souligne-t-il, réitérant la mobilisation de tous les départements du gouvernement pour que les changements attendus s’opèrent réellement.

"Etat d’urgence" déclenché, le chef du gouvernement décrète une mobilisation générale et ordonne à ses ministres d’associer l’engagement à l’action. Celle-ci, pour lui, doit, principalement, se traduire par des mesures concrètes, à commencer par "la réhabilitation générale" des centres régionaux d’investissement (CRI). Et pour conduire ce chantier, une commission interministérielle présidée par le ministère de l’Intérieur et composée des départements concernés sera mise en place.

Une autre commission chargée, cette fois-ci, de la gouvernance et de la réforme de l’administration sera créée. Présidée par le ministre chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, elle devra comprendre plusieurs ministres.

Autre mesure décrétée par le chef du gouvernement: "tout département concerné par l’étude du discours royal" est appelé à "élaborer des propositions fonctionnelles" à soumettre à la primature.

Et en vue de réconcilier le citoyen avec l’administration, Saad Eddine El Othmani exige l’accélération du processus visant à faciliter les procédures. Il demande également la mise en place d’une charte de décentralisation. Selon Mustapha El Khalfi, cette dernière devra intégrer les orientations contenues dans le discours royal avant d’être présentée dans les prochains jours.

Objectifs définis, mesures tracées, il ne reste plus, au gouvernement, qu’à s’atteler à la tâche.

LIRE AUSSI: