"Espahajj", la chaussure pour faire son pèlerinage dans les règles de l'islam

Publication: Mis à jour:
BANGLADESHI
Hajj Shoes
Imprimer

MODE - La saison du hajj approche à grands pas et les pèlerins ont déjà commencé leurs préparatifs pour cette épreuve qui demande beaucoup d’endurance. Des heures de marches les attendent dans un climat sec et aride, et c’est là où intervient Hajj Shoes, un nouveau modèle de chaussures, créé par un couple franco-marocain, pour aider les pèlerins à accomplir le cinquième pilier de l’islam avec un peu plus de confort.

Leur chaussure, "Espahajj", a la particularité d’être fabriquée sans qu’aucune aiguille ne l’ait touchée, faisant d’elle une chaussure qui concorde avec les règles de l’état de sacralité (ihram) du hajj ou de la omra. Les hommes doivent en effet veiller à ne pas porter de vêtements et de chaussures cousus durant leur pèlerinage.

hajj lace

La plupart des pèlerins portent donc un tissu blanc recouvrant leur corps et mettent des sandales à leurs pieds. D’autres conditions du ihram, s’appliquant aux hommes comme aux femmes, interdisent aux pèlerins de se couper les cheveux ou les ongles, de se parfumer, ou encore de cueillir des fleurs.

Une histoire de famille

“Le père de ma femme va faire le pèlerinage cette année", raconte au HuffPost Maroc Malik Disa, ingénieur informatique et co-fondateur de Hajj Shoes. “Cependant, il est diabétique, a des problèmes de pieds et ne supporte pas les sandales". Malik n’a finalement pas pu trouver de chaussures qui conviendraient aux besoins de son beau-père tout en respectant les conditions imposées dans l’islam. Il a donc décidé de créer avec sa femme Hajar un modèle qui répondrait à tous ces critères.

Le couple a ensuite fait le tour des modélistes de Casablanca, et a visité plusieurs ateliers de fabrication de chaussures pour avoir un produit entièrement fabriqué au Maroc. Après plusieurs tests, ils ont vite monté un projet qui emploie aujourd’hui 40 personnes. En deux mois seulement, le prototype a déjà été validé pour le lancement du site le 27 juillet.

“Comme il fait très chaud à la Mecque, on a dû désépaissir le cuir qu’on utilise pour avoir un cuir souple et fin", explique Malik. “On a également ajouté une mousse dans la semelle intérieure qui bloque la chaleur. La semelle extérieure quant à elle est couverte en plastique et beaucoup plus légère”, continue-t-il.

"On voulait un produit 100% marocain"

Dans les ateliers, une dizaine d’artisans confectionnent à la main près de 200 paires de chaussures par semaine, vendues sur le site à 149 euros, un prix que Malik et Hajar aimeraient baisser dans le futur. “On aurait pu proposer le produit à un prix beaucoup moins cher si on le fabriquait en Chine par exemple", explique Malik. “Mais on voulait un produit 100% marocain et ça nous revient donc plus cher de tout produire localement".

Pour cette première production, Hajj Shoes a pu vendre cinquante paires de chaussures en une semaine à des clients essentiellement pakistanais et bangladais. Le couple espère atteindre les 300 paires vendues avant le début de la saison du hajj qui devrait se dérouler entre le 30 août et le 4 septembre 2017. Malik et Hajar comptent par la suite perfectionner la chaussure en y ajoutant de la mousse tout en conservant sa rigidité.

LIRE AUSSI: