Des clients de la Société générale débités de 2000 dirhams, la banque s'explique

Publication: Mis à jour:
SOCIT GNRALE
Des clients de la Société générale débités de 2000 dirhams, la banque s'explique |
Imprimer

BANQUE - Panique ce jeudi matin chez certains clients de la Société générale au Maroc. La banque a débité plusieurs comptes d'une somme de 2000 dirhams, sans raison. Sur Twitter, des internautes se sont indignés de cette mauvaise surprise.

Contacté par le HuffPost Maroc, le responsable communication de la Société générale, Wadii Rhazi, explique qu'il s'agit d'une panne informatique.

"C'est un incident qu'on a détecté immédiatement, qui est en cours de régularisation. L'erreur sera réparée dans la journée, tout le monde sera recrédité de la somme qui a été prélevée par erreur, à la bonne date de valeur, pour qu'il n'y ait pas de prélèvement d'agios", indique-t-il.

Selon lui, "c'est un incident informatique mineur comme cela arrive dans beaucoup de grosses entreprises dotées de grands systèmes d'information. C'est probablement un code qui a été mal affecté à des comptes. Aucune autre opération ne sera enregistrée sur les comptes concernés, un dispositif de sécurité a été installé pour cela. On a des équipes qui travaillent 24h/24 pour régler ce genre d'incidents", précise-t-il.

"Nous allons prévenir les quelques clients touchés avec un message qu'ils devraient recevoir dans les prochaines minutes pour les rassurer et leur dire qu'ils devraient retrouver leurs opérations normalement enregistrées sur leur compte", souligne le responsable.

Alors que certains internautes demandent un dédommagement, M. Rhazi indique que ce n'est pas prévu, "puisqu'il n'y a pas eu d'agios. Cela n'aura aucun incident sur leur solde réel", assure-t-il.

Ce n'est pas la première fois que la Société générale enregistre un bug. Fin juin, la filiale marocaine de la banque française a connu de fortes perturbations concernant des opérations de virement de salaires gérés par la banque. Des milliers de salariés n'ont pas reçu à temps leur salaire, un couac mal venu en fin de mois.

Interrogée par La Tribune Afrique, une source au sein de la Société générale avait indiqué que "l'ingénierie informatique qui gère les virements a connu des dysfonctionnements qui ont perturbé les opérations. Résultat des comptes, seule une partie des virements a été transférée en temps et en heure".

LIRE AUSSI: