La station thermale de Sidi Harazem, conçue dans les années 60, se prépare à un lifting

Publication: Mis à jour:
STATION THERMAL ZEVACO SIDI HARAZEM
La station thermale de Sidi Harazem conçue dans les années 60 va être réhabilitée |
Imprimer

RÉHABILITATION - La station thermale de Sidi Harazem, dont une partie est aujourd'hui fermée, va bientôt renaître de ses cendres. L'architecte marocaine Aziza Chaouni et son équipe viennent d'annoncer sur Facebook que leur projet de réhabilitation a remporté la subvention "Keeping it Modern" de la fondation américaine Getty, à hauteur de 150.000 dollars, qui leur permettra de lancer l'étude de réhabilitation et les travaux.

Conçu en 1960, au lendemain de l'indépendance, par l'architecte français né à Casablanca Jean-François Zevaco, le complexe thermal est situé à une dizaine de kilomètres de Fès, au creux d'une vallée. La piscine circulaire, entièrement construite en béton, était un lieu de détente et de cure thermale. Sidi Harazem, entre Fès et Taza, est en effet connue depuis des siècles pour sa source d'eau minérale.

Aziza Chaouni, qui est également derrière la récente rénovation de la célèbre bibliothèque Al-Quaraouiyine de la capitale spirituelle du royaume, entend "créer un plan d’action, pour la préservation de l’architecture du complexe tout en le transformant en destination touristique de choix", écrit-elle sur sa page Facebook.

"Le complexe Sidi Harazem reflète une architecture moderne lyrique, qui allie subtilement eau, nature et espaces publics de qualité. Construit quatre ans après l'indépendance du Maroc, le complexe reflète l’ambition du pays de créer, pour ses citoyens, des lieux de loisirs modernes et avant-gardistes", poursuit-elle.

Le projet sera mené en collaboration avec la Fondation Caisse de dépôt et de gestion (CDG), qui recevra les fonds de la subvention Getty, HRM (Hotels & Resorts of Morocco) et plusieurs experts: des ingénieurs, un laboratoire, un topographe, une photographe et vidéaste et une chercheuse, en plus de l'équipe d'Aziza Chaouni.

Contactée par le HuffPost Maroc, l'architecte initiatrice du projet explique qu'avant de lancer les travaux de réhabilitation, un plan de conservation basé sur une étude approfondie de l'historique des dessins originaux sera établi, de même que des entretiens avec des gens impliqués dans le projet et une concertation citoyenne. "Le travail de conception sera basé sur tout cela", indique-t-elle.

"Cette étude sera disséminée au Maroc afin de partager l'expertise de réhabilitation des bâtiments en béton moderne, qui est quasi inexistante au Maroc, à travers une exposition et une publication", précise l'architecte. "Le but est de sensibiliser les Marocains sur l'importance de ce complexe thermal sur le plan architectural et culturel."

zevaco

La façade principale de la station thermale Sidi Harazem

Tombés en désuétude dans les années 80, "le marché, les bungalows et la cour centrale - envisagés par Zevaco comme le cœur et l'âme du site - ont été définitivement fermés", rappelle la fondation Getty sur son site. "La CDG, propriétaire du site, s'engage à les rouvrir complètement, en réponse à un intérêt renouvelé pour l'oasis", ajoute-t-elle.

Les fonds de Getty permettront, ainsi, d'établir le plan de réhabilitation du site afin de "revitaliser et restaurer les bains jusqu'à ce qu'ils soient pleinement fonctionnels".

LIRE AUSSI: