Vidéo choc dans l'abattoir de Berkane, la commune réagit

Publication: Mis à jour:
DR
Le vice-président de la commune a réagit auprès du HuffPost Maroc | DR
Imprimer

VIDÉO - Ce 1er août, une vidéo sortie de l'intérieur de l'abattoir de Berkane a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Vue plus de 200.000 fois et partagée 2.555 fois sur Facebook, elle montre les conditions de travail au sein de l'abattoir de la ville.

Attention, les images ci-dessous peuvent heurter la sensibilité de certains lecteurs:

Sur la vidéo, on peut voir des abats posés sur le sol, d'autres nettoyés dans de l'eau sale ou encore des arrivées d'eau qui ne fonctionnent pas. L'employé demande aux spectateurs de ne pas manger de viande.

"Nous manquons d'eau potable et de moyens logistiques", reconnaît M. Kaouri, premier vice-président de la commune, interrogé par le HuffPost Maroc. Mais il assure que cette vidéo ne reflète pas l'entière réalité de l'abattoir. "Ils ne montrent qu'une petite partie de l'abattoir. Et, ce qu'il faut savoir, c'est que toutes nos viandes sont contrôlées par un vétérinaire de l'ONSSA (Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires, ndlr). Les citoyens ne risquent rien. Tout à l'heure, encore, un vétérinaire a rejeté une vache malade", confie-t-il.

Seulement cinq abattoirs aux normes dans le Maroc

M. Kaouri reconnaît aussi que l'abattoir de Berkane n'est pas aux normes. "Il y en a seulement cinq au Maroc qui sont aux normes. Nous venons de signer une convention avec le conseil provincial pour construire un nouvel abattoir qui répondra aux normes nationales et même internationales", assure-t-il. Contacté par le HuffPost Maroc, le Dr Abdelghani Azzi, chef de service de l'inspection des produits animaux de l'ONSSA, a confirmé que le problème était "le même dans tous les abattoirs du Maroc, pas seulement à Berkane."

Le 10 juillet dernier, la Cour des Comptes avait, en effet, sorti un rapport accablant sur les abattoirs du Maroc. "Le rapport pointe par exemple du doigt l'absence d'eau potable dans certains abattoirs, des crochets rouillés ou encore des camions réfrigérés... qui ne le sont pas", rapportait TelQuel, qui avait analysé le rapport.

"Le matériel et les équipements des abattoirs, notamment les crochets, rails et treuils utilisés pour la manutention des carcasses des animaux de boucherie, souffrent d’une importante oxydation, situation souvent aggravée par le manque d’entretien", poursuivait l'hebdomadaire. Le rapport rappelle ainsi que seulement cinq abattoirs sont aux normes dans tout le pays.

En attendant un nouvel abattoir, M. Kaouri a affirmé qu'une vidéo serait réalisée en retour. Pour montrer que tout l'abattoir de Berkane n'est pas concerné par ces conditions de travail et, peut-être, rassurer les citoyens.

LIRE AUSSI: