Réda Malek, un homme "émérite" et un "vaillant fils" de l'Algérie (Présidence)

Publication: Mis à jour:
REDHA ALGERIA
DR
Imprimer

La Présidence de la République a adressé un message de condoléances à la famille de l'ancien chef du gouvernement, Réda Malek, décédé samedi, dans lequel l'institution a loué les qualités du défunt "qui a voué sa vie au service de l'Algérie" durant la glorieuse révolution et après indépendance.

"L'Algérie vient de perdre l'un de ses hommes émérites et vaillants fils, le grand militant et moudjahid, le frère et compagnon d'arme, Réda Malek, l'ami de tous, qui a œuvré dans le discrétion et parti en silence, mais dont la voix résonnera à jamais dans l'histoire de l'Algérie. Puisse Dieu l'accueillir dans son vaste paradis", lit-on dans le message écrit au nom du président Abdelaziz Bouteflika.

"Il n'est pas aisé de trouver des mots pour exprimer les condoléances à la famille du défunt tant ses hautes qualités et vertus sont grandes et tant sont nobles ses actions au service de l'Algérie à laquelle il a voué toute sa vie avant et durant la révolution et tout au long du processus d'édification de l'Etat algérien moderne", a ajouté le document.

"Très jeune, il a rejoint les rangs de la résistance mû par un sens patriotique élevé, doté d'une vision clairvoyante et armé d'un bagage intellectuel qui lui ont fait prendre conscience du rôle du citoyen libre lorsque son peuple vit sous le joug colonial", a indiqué le message de la Présidence.

"Sa fierté et son orgueil l'ont amené à rejeter une réalité imposée par le feu et le fer et par l'arrogance et la privation et a opté pour la voie la plus ardue avec de valeureux compagnons d'armes pour défendre sa patrie et élever la conscience patriotique au niveau du défi et de la confrontation en étant actif au sein des rangs des étudiants, se distinguant parmi ses pairs par une forte capacité à sensibiliser, à organiser et valoriser la révolution", a-t-on affirmé.

"Il a été à l'avant-garde de nos étudiants qui ont quitté les bancs de l'école préférant l'action de terrain et à peine avait il rejoint les rangs de la glorieuse révolution qu'il avait mis ses talents et ses capacités culturelles et scientifiques au service de la diplomatie révolutionnaire active lors des fora internationaux", a ajouté la lettre de condoléances.

"La meilleure preuve en est le choix judicieux fait par la Direction révolutionnaire de désigner Réda Malek comme premier porte-parole de la révolution à travers la tribune du quotidien d'El Moudjahid, qui a fait tomber comme un château de cartes la propagande des forces coloniales et à lever le voile sur leurs crimes et leurs plans diaboliques, outre ses efforts inlassables au sein de la délégation algérienne lors des négociations avec l'occupant français, au terme de laborieuses étapes ayant été sanctionnées par les célèbres accords d'Evian", a-t-on soutenu.

"Animé par un haut sens patriotique et doté d'une profondeur d'esprit, d'une richesse culturelle et d'une grande clairvoyance, le défunt a contribué grandement à l'édification de l'Algérie indépendante en tant que pionnière des mouvements de libération et de défense des causes justes à travers le monde, grâce à son rôle diplomatique dans les grandes capitales mondiales", a indiqué la Présidence.

"Fort de ses points de vue judicieux et ses positions fermes, le défunt a marqué sa présence le parcours de l'Algérie moderne à travers tous les postes qu'il a occupés, en toutes circonstances, au sein des institutions de l'Etat en tant que ministre, chef du gouvernement et acteur essentiel de la scène politique qu'il contribua a animé sur des bases démocratiques, soucieux en cela de la préservation des institutions de l'Etat en leur conférant un caractère civil et en édifiant une société moderne", a poursuivi le message.

"Tout nationaliste libéral ne peut qu'être affligé de la perte de cet homme, symbole à plus d'un titre, et au parcours unique et riche en hauts faits", a-t-on souligné.

"Je perds en Réda Malek un compagnon exceptionnel et un ami cher à mon cœur tout comme l'Algérie et la génération de Novembre perdent en lui un grand militant de par ses idées et points de vue exprimés dans des ouvrages et des livres qui resteront à jamais témoins de son parcours patriotique brillant, un exemple pour les générations montantes et une lumière qui éclaire les horizons d'un pays construit grâce aux esprits de ses enfants avec sincérité et dévouement", a affirmé la même source.

"Je ne peux que vous adressez ainsi qu'à la famille du défunt et ses compagnons de lutte, mes sincères condoléances fraternelles, priant Dieu Le Tout-Puissant d'entourer le défunt de sa sainte miséricorde, de l'accueillir en son vaste paradis parmi ses pieux serviteurs et d'accorder aux siens patience et réconfort, vous réitérant ma solidarité et ma compassion en cette douloureuse épreuve", a enfin conclu le message de la Présidence.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.