L'histoire de ce taureau mort en Espagne, dont les cornes ont été enflammées, indigne

Publication: Mis à jour:
BULLS DEFENDERS SPAIN
BULLS DEFENDERS UNITED / FACEBOOK
Imprimer

ESPAGNE - Les images sont très choquantes. Une vidéo diffusée le 23 juillet par une association de défense des animaux montre un taureau mourir lors d'une fête populaire en Espagne, après avoir foncé dans un poteau de bois, vraisemblablement affolé par le feu allumé sur ses cornes par des hommes.

Très partagée sur les réseaux sociaux et relayée par les médias internationaux, la vidéo indigne. Sur Twitter, l'humoriste de "Quotidien", Panayotis Pascot, a dénoncé vendredi 28 juillet des "traditions de merde". La chanteuse Jeanne Mas s'est elle insurgé contre les "imbéciles" qui ont mis le feu aux cornes du taureau.

L'association "Bulls Defenders United", qui a posté la vidéo de la scène sur sa page Facebook, parle d'une "scène dramatique". Elle est survenue à Foios près de Valence, lors d'une célébration traditionnelle espagnole appelée "Toro embolado" ("le taureau avec des boules"). De nuit et en pleine rue ou sur des places, des boules de feu sont accrochées aux cornes des taureaux, d'abord attachés à un poteau puis lâchés.

"Combien de vies devront être prises au nom de ces traditions qui ne sont rien que de la barbarie?", s'interroge l'association en légende de la vidéo, sur laquelle on voit le taureau aveuglé par les flammes sur ses cornes et fonçant désespérément dans le poteau auquel il était accroché. Attention, ces images peuvent choquer.

Sur une autre vidéo postée par l'association, un taureau est incendié sur ses cornes mais aussi sur son dos pendant ce même genre de fête. "Ce n'est pas un cas isolé", assure l'association.

Une tradition vieille de plus de 400 ans

Une pétition en ligne demandant au gouvernement espagnol de "bannir la pratique" du "Toro embolado" avait recueilli samedi plus de 6000 signatures. De leur côté, les défenseurs de la fête assurent que les taureaux ne souffrent pas et font valoir que la tradition remonte à plus de 400 ans, selon le Daily Express.

Cet incident pourrait donner du grain à moudre aux défenseurs des animaux, qui ont le vent en poupe depuis plusieurs années en Espagne. Ils sont parvenus à imposer plusieurs mesures anti-taurines comme à Madrid, où la mairie a retiré sa subvention à l'école de tauromachie.

Le nombre de corridas, inscrites à la liste du "patrimoine culturel immatériel" de l'Espagne, n'a cessé de diminuer dans le pays ces dernières années, passant de 475 en 2012 à 386 en 2016 selon le ministère de la Culture, alors que les partisans de la tradition soulignent que les "fêtes populaires" issues de traditions locales ont augmenté dans le même temps.

Lire aussi : "Abolition de la tauromachie", crient des milliers d'Espagnols

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.