Allemagne: une fusillade dans une discothèque de Constance fait un mort et quatre blessés

Publication: Mis à jour:
CONSTANCE
Police and ambulances stand near the disco Club Grey in the southern German town of Konstanz, where a gunman opened fire, killing one and wounding four people before being shot by police, on July 30, 2017. The 34-year-old attacker 'was critically injured in a shootout with police officers as he left the disco, and later succumbed to his wounds in hospital,' police said in a statement. / AFP PHOTO / dpa / Felix Kästle / Germany OUT (Photo credit should read FELIX KASTLE/AFP/Getty Images | FELIX KASTLE via Getty Images
Imprimer

Une fusillade survenue dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 juillet à l'intérieur et aux abords d'une discothèque de la ville de Constance en Allemagne a fait un mort et quatre blessés, a annoncé la police locale.

Un homme de 34 ans a d'abord tué une personne et en a blessé trois autres grièvement à l'arme à feu à l'intérieur de l'établissement, avant de blesser un policier à l'extérieur et d'être finalement tué par les forces de l'ordre, a indiqué la police dans un communiqué. Les jours du policier blessé "ne sont pas en danger", a précisé la police.

La police n'a donné dans l'immédiat aucun élément sur les raisons de la fusillade. "Les motivations de cet homme qui a agi vraisemblablement seul ne sont pas connues pour le moment", a souligné la police.

Un mouvement de panique

Les tirs, intervenus vers 4h30, ont provoqué un mouvement de panique dans l'établissement. Certains clients de la discothèque, située dans une zone industrielle de cette ville du sud de l'Allemagne, proche de la Suisse, ont fui à l'extérieur ou se sont cachés à l'intérieur de l'établissement.

D'après nos confrères du HuffPost en Allemagne, il s'agirait de la discothèque "Grey" de Constance, dont la bannière de page Facebook a été changée en une image noire vers 8 heures dimanche.

Les forces de l'ordre se sont déployées sur place avec des unités d'intervention spéciale et un hélicoptère, dans la crainte au départ d'avoir affaire à plusieurs tireurs.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.