Décès du porte-parole de la délégation du FLN à Evian et ancien chef du gouvernement, Réda Malek

Publication: Mis à jour:
REDA MALEK
ALGIERS, ALGERIA - AUGUST 26: Former Prime Minister Reda Malek of Algeria announces his candidacy for the presidential elections which will take place 16 November, during a press conference at Hotel El Djazair 26 August in Algiers. (Photo credit should read AFP/AFP/Getty Images) | AFP via Getty Images
Imprimer

L'ancien chef du gouvernement Réda Malek est décédé ce matin à Alger à l'âge de 86 ans des suites d'une longue maladie, a annoncé sa famille.

Né le 21 décembre 1931 à Batna, Réda Malek a été le premier directeur du journal et la voix du Front de Libération Nationale (FLN), El Moudjahid, fondé en 1956. Il a été également membre de la délégation FLN pendant les Accords d'Évian et sera le porte parole de l'Algérie pendant ces négociations qui ont mené à l'indépendance du pays en 1962.

reda malek

À l'indépendance, il a mené une carrière diplomatique durant près de trente ans, comme ambassadeur en France, aux États-Unis, en URSS et au Royaume-Uni.

Fin diplomate, il a été l'un de ceux qui ont contribué à régler la crise des otages américains en Iran en 1980.

A son retour en Algérie et après la victoire du parti dissous en décembre 1991, Réda Malek a été parmi les principaux acteurs politiques qui ont soutenu l’arrêt du processus électoral le 12 janvier 1992.

Après l'assassinat de Mohamed Boudiaf, il est nommé comme membre du Haut Comité d'État avant d'être nommé à la tête du gouvernement en août 1993.

Pendant les années de sang, il a fait partie de ceux qui ont revendiqué une radicalisation dans la lutte contre le terrorisme. Les Algériens qui ont vécu ces années-là garderont de lui sa fameuse phrase "la peur doit changer de camp". Ses adversaires dans le camp des "réconciliateurs" lui ont constamment reproché cette déclaration qui constitue, selon eux, un tournant dans ce qu'ils appelaient la "politique d'éradication".

Sur un plan économique, Réda Malek a été celui qui a initié la politique des ajustements structurels après la signature avec le Fonds Monétaire International (FMI) en 1994.

Michel Camedessus qui était à la tête de l'instance financière mondiale dira de lui qu'il avait avec Ahmed Benbitour (ministre des finances) et Abdelouahab Keramane (gouverneur de la Banque d’Algérie), cette "aptitude à changer les choses et à prêter une oreille attentive aux recommandations du Fonds"

Écarté de la chefferie du gouvernement, il a fondé en 1995 son parti l'Alliance nationale républicaine (ANR).

Réda Malek est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire et la politique notamment L'Algérie à Évian : histoire des négociations secrètes, 1956-1962 et Arrêt du processus électoral, enjeux et démocratie.

Il sera inhumé demian 30 Juillets au Carré des Martyrs du cimetière d'El Alia.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.