Enseignement: Les cinq commandements du Conseil supérieur de l'éducation

Publication: Mis à jour:
SCHOOL
Darrin Zammit Lupi / Reuters
Imprimer

EDUCATION - Le préscolaire doit être généralisé, obligatoire et gratuit à l’ensemble des enfants marocains de 4 et 5 ans. C’est l’un des cinq commandements émis par le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), à l’issue de la 12ème session de son assemblée générale tenue les 26 et 27 juillet, qui a abouti à quatre autres recommandations.

Le secrétaire général du Conseil, Abdellatif El Moudni, a déclaré, ce vendredi, lors d’une conférence de presse, que cette généralisation du préscolaire, dictée par le ministère de l’Éducation nationale, représente "la base pour construire l’école de l’équité, qualité et de la mise à niveau". Estimée stratégique, cette mesure devra être lancée dès cette rentrée scolaire pour prendre effet graduellement dans le temps à travers tout le Maroc jusqu’en 2027.

Pour le CSEFRS, les principes du plan d’action des secteurs ministériels pour la mise en œuvre de la réforme de l’éducation servent de plateforme à un partenariat "respectant l’indépendance de chacune des parties et ses attributions". Soulignant les acquis du Maroc en matière de réformes, le secrétaire général du Conseil a également annoncé qu’un projet de loi, qui sera bientôt présenté, devra non seulement assurer la bonne marche de la réforme de l'éducation, mais aussi "la prémunir contre les défaillances". Cette loi devra donc servir de mode d’emploi généralisé à l’ensemble des parties prenantes du secteur, ce qui "représente une première".

Ainsi, l’une des recommandations auxquelles a abouti l’assemblée générale est de renforcer la coopération du Conseil avec les secteurs concernés dans le but de fédérer leurs efforts dans l’élaboration stratégique et sa mise en œuvre. Dans ce cadre, l’échange d’information et l’activation des recommandations du Conseil semblent s’ériger en priorité.

Deux autres recommandations de l’assemblée générale du Conseil concernent sa mission d’évaluation et son engagement à assurer la transparence de ses comptes et activités en déposant régulièrement un rapport auprès de la cour des comptes. "Un rapport sera présenté annuellement conformément à l’article 160 de la constitution", a souligné Abdellatif El Moudni, précisant que le Conseil veillera à ce que son action fasse aussi l’objet d’une session parlementaire.

L’action que mène le Conseil a justement fait l’objet de la cinquième et dernière recommandation de l’assemblée générale. "Le Conseil avait organisé, il y a deux ans, des rencontres régionales pour réunir des propositions et établir une feuille de route. Ces rencontres reprendront après la prochaine rentrée scolaire avec pour objectif de créer une mobilisation", a expliqué le secrétaire général du Conseil.

Mieux agir sur le plan régional, créer une mobilisation nationale... Le Conseil ne cache pas sa volonté d’améliorer sa mission. Ses délégations seront ainsi amenées à adopter un contrat dans lequel les engagements donneront lieu à des objectifs définis dans le temps et l’espace. "Nous réfléchissons encore à la forme que cela prendra", indique Abdellatif El Moudni. Et de préciser que cette mobilisation veut mettre en œuvre une approche participative dans laquelle école, écolier, famille et citoyens seront membres et dont la priorité sera d’assurer une vigilance.

LIRE AUSSI: