Après le débat sur l'âge de la maturité sexuelle: Peut-on consentir et assumer une relation sexuelle à 13 ans? L'éclairage d'un pédopsychiatre

Publication: Mis à jour:
COUPLE TUNISIA
A young Tunisian couple kiss on the empty beach of Hammamet as thousands of Tunisian tour operators and residents of tourist town of Hammamet on April 23, 2011 march under the name 'citizen walk in support of tourism ' . AFP PHOTO FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Alors que l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) discutait la loi intégrale sur les violences faites aux femmes, le débat s'est posé concernant l'âge de la maturité sexuelle.

Le débat a viré en des discussions houleuses entre les partisans d'une maturité sexuelle à 13 ans et ceux fustigeant une telle proposition. Certains évoquent la législation en la matière dans d'autres pays comme la France qui fixe la majorité sexuelle à 15 ans. En Espagne, un mineur de 13 ans est considéré comme capable de consentir à une relation sexuelle, par contre le Royaume-Uni la retarde à 16 ans.

Confond-on maturité sexuelle et puberté? Que signifie la maturité sexuelle par rapport à la majorité civile?

Contacté par le HuffPost Tunisie, le pédopsychiatre Sami Othman livre son éclairage concernant ces problématiques. Pour lui, il faut tout d'abord faire la différence entre maturité sexuelle et majorité sexuelle.

La maturité sexuelle est liée à un processus anatomo-physiologique, le corps fini son développement et il est apte à se reproduire (par définition: étape du développement d'un organisme au cours de laquelle il acquiert la capacité de se reproduire). "Cette étape varie en fonction des personnes, elle est déterminée par des facteurs génétiques et environnementaux et elle a subi beaucoup de changements à travers l'histoire de l'humanité", explique le professionnel de la psychologie de l'enfance.

Et d'ajouter: "Par contre la majorité sexuelle se caractérise par la capacité à assumer son désir, à l'exprimer et à s'engager avec l'autre sans s'aliéner. Cela signifie aussi connaître et accepter ses limites, sans conflit intérieur ou avec son partenaire. Elle est déterminée par des facteurs psychoaffectifs, culturels et éducatifs et même économiques. Elle fait référence à notre développement psychologique, comment on s'est construit psycho-affectivement, dans quelle famille, avec quelle conception de la sexualité et, plus tard, avec quels partenaires et dans quel état d'esprit".

À l'aune de cette analyse, Sami Othman estime qu'un(e) adolescent(e) de 13 ans n'est pas mature pour donner son consentement pour des pratiques sexuelles. Pour le pédopsychiatre le débat doit être centré sur la trajectoire du développement des enfants.

"À 13 ans, ils sont en plein processus de l'adolescence, qui est une étape de la vie marquée par son instabilité et ses bouleversements psychologiques, physiques et sociaux. Ce sont encore des enfants qui n'assument pas leur autonomie affective, ils sont psychologiquement fragiles", a-t-il conclu.

Mercredi, la loi intégrale sur la lutte contre la violence faite aux femmes a été adoptée à l'Assemblée des représentants du peuple. Après un débat animé tout au long de la plénière, la majorité sexuelle a été finalement élevée à 16 ans au lieu de 13 ans.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.