Après Zbidi et Laârayedh: Le général Rachid Ammar et Touhami Abdouli démentent la version de Marzouki sur l'attaque de l'ambassade US en 2012

Publication: Mis à jour:
RACHID AMMAR
FETHI BELAID/AFP/ Getty Images
Imprimer

Après son passage dans l'émission qui lui est consacrée sur la chaine Al-Jazeera au cours de laquelle il a affirmé avoir refusé l'entrée de Marines U.S sur le territoire tunisien, l'ancien président de la République Moncef Marzouki s'est fait démentir par l'ancien ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi et par l'ancien ministre de l'Intérieur Ali Laârayedh...mais pas seulement.

En effet, dans une déclaration accordée au site Akher Khabar online, l'ancien chef d'État-major Rachid Ammar a qualifié cela de "détournement de la vérité" et de calomnies.

Selon lui, c'est Moncef Marzouki et ses hommes qui ont demandé l'intervention des Marines suite à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis en 2012. Rachid Ammar indique avoir refusé menaçant de faire exploser tout avion américain qui déposerait des Marines en Tunisie.

Invoquant son droit de réserve, l'ancien chef d'État-major a cependant confirmé la version donnée par Abdelkrim Zbidi ancien ministre de la Défense.

Il avait affirmé que c'est lui qui a refusé toute entrée sur le territoire tunisien de "Marines" américains après avoir reçu un appel d'Imed Daimi -alors du chef de cabinet de Moncef Marzouki- demandant l'autorisation d'entrée des "Marines" sur le sol tunisien sur demande de responsables américains dont Hilary Clinton.

Zbidi demanda alors à Daimi, une demande officielle écrite qui arrivera à 23 heures le 14 septembre 2012. À 2 heures du matin, 300 "Marines" étaient là a affirmé Zbidi. Mais face à son refus et à celui du Général Ammar, seulement une dizaine a pu entrer sur le sol tunisien non pas en leur qualité de "Marines" mais "d'agents de sécurité de l'ambassade américaine".

Vers l'ouverture d'une enquête militaire?

Face à l'ampleur que prend cette histoire, Abdelkrim Zbidi a demandé la levée du secret-défense et à l'ouverture d'une enquête militaire sur l'attaque de l'ambassade US en Tunisie de 2012.

Selon Mosaïque Fm, l'ancien ministre a déposé une demande officielle pour la levée du secret-défense auprès du ministère de la Défense demandant la divulgation à fin d'enquête des appels téléphoniques, enregistrements audio et tout document relatif à cette affaire.

90% de ce qu'a dit Marzouki est faux selon l'ancien secrétaire d'État aux Affaires européennes au ministère des Affaires étrangères

Selon une publication sur sa page Facebook, l'ancien secrétaire d'État aux Affaires européennes au ministère des Affaires étrangères Touhami Abdouli a indiqué que 90% de ce qu'avait dit Moncef Marzouki était erroné.

Indiquant avoir été le seul responsable présent lors de cette attaque, il ajoute avoir été tout au long de l'attaque au téléphone avec l'ambassadeur américain Jacob Wells. Malgré ses tentatives d'appeler le ministre de l'Intérieur et le secrétaire d'État à l'intérieur, ils n'ont jamais répondu.

Après la fin des évènements, il indique s'être rendu seul à l'ambassade américaine et affirme avoir compris qui tirait "les ficelles du jeu" affirmant qu'il donnera toutes les informations nécessaires à la justice militaire et confirmant les déclarations de Zbidi et du Général Ammar.

L'intervention de l'ancien président tunisien Moncef Marzouki sur la chaine Al Jazeera a suscité de vives polémiques. En effet, l'ex président est revenu sur l'attaque de l'ambassade américaine en septembre 2012 accusant les hauts responsables de l'époque d'indifférence et de laxisme, compte tenu de la gravité de la situation. Il a également dénoncé la disparition totale des forces de l'ordre au moment de l'attaque de l'ambassade américaine.

Selon Marzouki, les responsables qu'il avait contacté d'urgence pour intervenir ont refusé de mesurer la gravité de la situation, selon ses dires, ce qui a poussé les autorités américaines à envisager de faire intervenir ses soldats de la Marines sur le sol tunisien, toujours selon l'ancien président.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.