La CGEM fait appel à la diaspora marocaine pour développer l'économie du royaume (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ÉCONOMIE - “Si tu veux être international, chante ton pays.” C’est avec cette citation de Beethoven que Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), clôture son discours tenu lors de la 1ère édition du “Moroccan Business Bridge”, qui a eu lieu lundi 24 juillet à Rabat. À cette occasion, plus de 300 entrepreneurs marocains se sont réunis pour le lancement de la treizième région de la CGEM, “MeM”, ouverte à tous les Marocains Entrepreneurs dans le Monde. À travers la création de cette nouvelle région, la CGEM appelle à la mobilisation de tous les Marocains du monde pour investir dans leur pays d’origine.

L’événement s’est déroulé en présence de plusieurs personnalités du monde politique et des affaires, notamment le Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq, le président de la région MeM, Adil Zaidi, le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, le wali de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, et le directeur Général de l'Administration des Douanes, Zouhair Chorfi.

Une région immatérielle dédiée aux entrepreneurs marocains du monde

“Ces MeM sont toutes les sociétés de droit non marocain qui sont dirigées par des Marocains à travers le monde", explique au HuffPost Maroc le président des MeM, Ahmed Zaidi. “Il y en a plus de 300.000 dans le monde dans 128 pays. Notre but est d’essayer de les fédérer et de les faire travailler avec le reste des entreprises marocaines.”

Grâce à une convention signée, le 9 février, entre la CGEM et le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, la 13e région facilitera l’intégration des MeM dans l’économie marocaine. Ces derniers pourront donc bénéficier de l’engagement de la CGEM pour jouer un rôle de médiateur auprès de ses partenaires, notamment les Impôts, la Douane, la CNSS, tout en facilitant leurs rencontres avec les décideurs économiques du pays.

La CGEM mettra également à leur disposition une banque de données riche en publications, études et guides pour faciliter leur projet d’investissement au Maroc, accessible sur la plateforme virtuelle “The Bridge”. D’autres services encore seront offerts aux membres de la région MeM, dont la représentation auprès des 32 fédérations sectorielles de la CGEM, l’accompagnement dans la médiation sociale, ou encore l’organisation de conférences et de séminaires pour favoriser les rencontres B2B.

“J’ai toujours voulu investir dans mon pays natal", déclare au HuffPost Maroc Ahmed Larouz, entrepreneur marocain basé à Amsterdam et fondateur de Bridgizz. “C’est donc une excellente initiative qui me permettra de bénéficier du large réseau de la CGEM mais aussi de l’expérience des entrepreneurs basés au Maroc.”

Mais cette collaboration ne sera pas bénéfique uniquement pour les MeM. C’est toute l’économie marocaine qui devrait tirer profit de ce pont virtuel initié par la CGEM. “Toute cette force économique est un capital financier, immatériel, et un capital de connaissances qui peut enrichir le Maroc en informations sur le pays étranger, et développer son économie en ramenant des partenariats pour ensuite attaquer de nouveaux marchés", défend pour sa part Ahmed Zaidi.

“Le Maroc compte dans le monde plus de 400.000 jeunes titulaires d’un bac +5, répartis dans différents pays, avec quelques 7.000 médecins qui travaillent dans les plus grands laboratoires de recherches dans le monde, près de 500.000 responsables détenant de grands postes dans différents domaines scientifiques et économiques… Il est grand temps que le Maroc, en tant que pays d’origine, bénéficie de toutes ces compétences", conclut Abdelkrim Benatiq.

LIRE AUSSI: