Esplanade des Mosquées: Israël retire ses détecteurs et caméras, la tension reste vive

Publication: Mis à jour:
JERUSALEM
Palestinians celebrate outside Lion's gate at the entrance to Jerusalem's Old City following Israel's removal of security measures July 27, 2017. REUTERS/Muammar Awad | Muammar Awad / Reuters
Imprimer

L'occupant israélien a dû retirer ses portiques et caméras des entrées de l'esplanade des mosquées. Sous la pression des Palestiniens qui refusent depuis douze jours n'importe quelle mesure qui placerait la mosquée al Aqssa, de quelque manière que ce soit, sous la tutelle de l'Occupant, Israël a dû reculer. Cependant, les Agences de presse parlent d'un grande tension à la veille de la grande prière du vendredi.

Des rails et échafaudages récemment montés, où avaient été installés des caméras de surveillance, ont été retirés aux premières heures jeudi, a constaté un journaliste de l'AFP. Et les Palestiniens commençant à se rassembler autour du troisième lieu saint de l'islam célébraient leur arrivée au son de sifflets et de klaxons.

"Depuis 12 jours personne ne dort, personne n'a rien fait d'autre que venir à l'esplanade des mosquées", a déclaré un jeune palestinien, Firas Abasi, qui se dit ému jusqu'aux larmes pour cette "victoire".

Il n'est pas encore établi si les fidèles musulmans, qui mercredi refusaient toujours d'entrer sur l'esplanade et priaient dans les rues adjacentes comme ils le font depuis plus d'une dizaine de jours, allaient recevoir l'autorisation de pénétrer à nouveau sur le site.

Cependant la situation reste tendue entre Israéliens et Palestiniens autour de l'esplanade des Mosquées malgré le retrait de détecteurs de métaux controversés, mardi, et du reste des installations jeudi, suscitant la crainte d'une éruption de violence lors de la grande prière du vendredi.

Les tensions étaient montées brusquement autour de ce site religieux situé à Jérusalem-Est, partie palestinienne --occupée et annexée par Israël-- de la ville, après l'installation le 16 juillet par l'Etat hébreu de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade.

Les musulmans palestiniens y avaient vu une tentative d'Israël d'augmenter son contrôle sur ce site.

Les autorités israéliennes avaient elles justifié ce dispositif par le fait que les martyrs avaient dissimulé leurs armes sur ce site et en étaient sortis pour mener leur opération.

Cinq Palestiniens ont été tué la semaine dernière au cours des affrontements qui ont éclaté après l'installation des détecteurs.

Mercredi soir, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé qu'il voulait expulser la chaîne Al-Jazeera, basée au Qatar, qu'il a accusée d'attiser les tensions autour des lieux saints.

Après d'intenses pressions de la communauté internationale qui craignait une escalade, Israël avait finalement accepté de retirer les détecteurs mardi.

Mais le gouvernement a indiqué qu'il les remplacerait par un autre moyen de surveillance, "basé sur des technologies avancées", au grand dam des autorités musulmanes qui ont maintenu la consigne de boycott du site et du maintien des sit in aux différentes portes de l'esplanade.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.