Cité Mohammed VI Tanger Tech: Opération séduction de la BMCE

Publication: Mis à jour:
TANGER
AIC Presse
Imprimer

TANGER - Il ne s'agit pas d'une utopie: le projet verra bel et bien le jour, insiste-t-on. Fruit d'un partenariat entre le Maroc et la Chine signé en 2016 à Pékin, lors d'une visite royale, le projet de la "Cité Mohammed VI Tanger Tech" consiste en la construction d'une cité industrielle, à 9 km à l’Est de la ville nouvelle d’Ibn Battûta. Objectif: abriter des sociétés et industries chinoises pour la production de biens à destination de la population chinoise, mais avec une main d'oeuvre marocaine.

Un projet qui sera réalisé par le groupe chinois Haite, fondé en 1991. Premier groupe aéronautique du pays, il dispose de 40 filiales en Chine, Singapour, Irlande et Mongolie, entre autres, opérant dans différents secteurs, dont l'aéronautique, l'industrie, la promotion immobilière, les microélectroniques et les nouvelles énergies.

Dans ce projet, le groupe BMCE Bank of Africa sera "promoteur du projet", explique son président, Othmane Benjelloun, ce jeudi 27 juillet à Casablanca. "Nous jouerons également un rôle de catalyseur et financier de ce projet", ajoute-t-il.

Ce matin, le groupe BMCE Bank a convié la presse à une conférence pour lui présenter ce projet et, surtout, rassurer sur son évolution et sa finition. Une conférence à laquelle ont aussi participé le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, et le président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Ilyas El Omari.

benjelloun

"Team Maroc"

Premier à prendre la parole, Othman Benjelloun, qui pourtant "n'aime pas parler d'un projet avant qu'il ne soit achevé", est revenu sur son premier voyage en Chine en 1971, et sur la manière dont ce pays a pris le chemin de la mondialisation et de l'industrialisation pour être, aujourd'hui, une des plus grandes puissances mondiales.

Benjelloun annonce à l'assistance que ce projet est pharaonique. "Cette oeuvre aurait le soutien de tous nos compatriotes si on leur demandait un par un", dit-il, très confiant. Prononçant un discours visiblement porté sous le signe de l'optimisme, le patron du groupe BMCE Bank a choisi pour épilogue un proverbe chinois: "Souriez 1000 fois, si vous voulez vivre 1000 ans".

"Je suis de ceux qui voient le verre à moitié plein", poursuit Benjelloun. Le ministre a, de son côté, insisté sur l'obligation du Maroc de s'industrialiser et vite. "La mondialisation est impitoyable, c'est marche ou crève", s'exclame le ministre de l'Industrie. "Nous avons une chance et une fenêtre de tir".

benjelloun

Un projet pharaonique

Il faut dire que les chiffres accompagnant ce projet ont de quoi faire rêver. La cité sera construite sur 2.000 hectares en 10 ans, devrait créer 100 000 emplois et générer 11 milliards de dollars de profits sur une décennie. Fait inédit, la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima est aussi actionnaire du projet, à hauteur de 5%, sur la base d’un capital de 1 milliard de dollars. "Cela nous permettra d'avoir accès à la prise de décision et un contrôle", explique le président de la région, Ilyas El Omari.

Cette nouvelle ville comprendra plusieurs types d'industries, de l'aéronautique à l'automobile, en passant par l'agro-alimentaire, la pharmaceutique...

Un cahier de charges qui, redoutant de simples effets d'annonce, fait douter une partie de la presse de la capacité du Maroc de mener à bien un tel projet. Des doutes auxquels Othmane Benjelloun répond en citant l'exemple du quartier de Hay Ryad, à Rabat, qui n'était il y a quelques années qu'une terre agricole et qui est désormais le siège de nombreuses sociétés et ministères: "cela a été fait par une main d'oeuvre marocaine, des ingénieurs marocains, et une logistique marocaine". "Les Chinois savent faire et les Marocains savent faire aussi", déclame de son côté le ministre de l'Industrie.

alamy

Un nouveau pan de la stratégie Chine-Afrique?

Autre sujet largement abordé par les trois protagonistes de cette conférence de presse: "la position stratégique du Maroc en Afrique". El Othmani insiste d'ailleurs sur le fait que la réussite de ce projet sera également une réussite pour l'implantation de la Chine en Afrique.

"La Chine a changé de modèle économique", explique pour sa part le ministre de l'Industrie. Selon Moulay Hafid Elalamy, ce pays, qui était l'usine du monde, s'est tourné vers une économie de consommation. "Des pays comme le Maroc ont perdu des usines qui ont préféré partir en Chine (...) mais aujourd'hui ,ce pays a fait le choix d'augmenter son SMIC et tourner son économie vers la consommation". En effet le SMIC en Chine est désormais d'environ 500 dollars, tandis que celui du Maroc ne dépasse pas les 300. Ironie du sort, ce sont désormais des usines chinoises qui veulent profiter d'une main d'oeuvre bon marché.

À l'issue de la conférence, une maquette de la cité a été présentée aux journalistes. Rendez-vous dans 10 ans pour voir son degré de concrétisation à échelle réelle.

cité tech

tanger

tanger

LIRE AUSSI: