Tizi Ouzou: plus de 70 bijoutiers attendus à la 14e fête du bijou d'Ath Yenni

Publication: Mis à jour:
BIJOUX KABYLES
Facebook/Amazit Boukhalfa
Imprimer

Plus de 70 artisans bijoutiers de la wilaya de Tizi Ouzou prendront part à partir de demain, jeudi, à la 14ème édition de la fête du bijou d’Ath Yenni, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, a-t-on appris mercredi des organisateurs.

Cette manifestation annuelle devenue une tradition dans la localité d’Ath Yenni connue pour son bijou d’argent ancestral s’ouvrira dans la matinée de jeudi en présence des autorités locales et des différents partenaires associés à son organisation, a indiqué à l’APS le président de l’APC, Smaïl Deghoul.

En plus de la préservation de ce métier artisanal légué de génération en génération malgré les difficultés et les problèmes rencontrés par ses professionnels, la fête du bijou se veut également un moment d’échange entre les artisans bijoutiers de la wilaya et ceux d’autres régions du pays qui prennent part à ce rendez-vous, a-t-il précisé.

Tameghra N Lfetta comme d’autres fêtes de l’artisanat organisées localement contribue aussi au développement du tourisme culturel qui constitue une particularité au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, a souligné M. Deghoul qui a relevé le nombre important de visiteurs enregistrés annuellement à Ath Yenni à l’occasion de déroulement de la manifestation.

Les stands d’expositions seront installés au niveau du CEM Larbi Mezanni et la maison de jeunes Keddach Ali qui abriteront également d’autres activités, notamment des conférences débats qui porteront sur l’artisanat du bijou, sa préservation et son développement, la prise en charge des problèmes posés par les artisans, a-t-il signalé.

Des rencontres qui regrouperont les artisans et les représentants de différents organismes, tels que l’AGENOR, le chambre de l’artisanat et des métiers, les assureurs, les dispositifs de l’emploi et les impôts, a-t-il encore affirmé.

Smaïl Deghoul a rappelé que le manque de la matière première, à savoir l’argent et le corail, et sa cherté constitue la principale contrainte des artisans bijoutiers des Ath Yenni et de toute la wilaya de Tizi Ouzou, d’où le recul de l’activité et les coûts élevés du produit fini proposé à la vente.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.