Ouverture de la 10e édition du festival international d'Oran du film arabe, plusieurs personnalités honorées

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La 10e édition du festival international d’Oran du film arabe (FIOFA) s’est ouverte, dans la soirée du mardi, au théâtre régional Abdelkader Alloula d'Oran.

La cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle a été présidée par le ministre de la culture Azzedine Mihoubi et en présence de la ministre de l'environnement et des énergies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati, des autorités locales et d’une pléiade de figures du 7e art et de personnalités du monde des arts et de la culture.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, plusieurs figures, vivantes ou décédées, ont été honorées en signe de reconnaissance à leurs parcours riches artistiques et leur contribution au développement du cinéma arabe.

A cette occasion, le grand comédien comique feu Hassan El Hassani (1916-1987), plus connu sous le nom artistique de Boubagra a été honoré. Le défunt a marqué d’une marque indélébile le 7ème art national, en prenant part à plus de 40 films comme "Les portes du silence" d’Amar Laskri, "Le vent des Aurès" de Mohamed Lakhdar Hamina, "l’Opium et le bâton" d’Ahmed Rachedi, "Chroniques des années de braise" de Lakhdar Hamina, film qui a obtenu la palme d’or au festival de Cannes en 1975.

La défunte comédienne égyptienne Karima Mokhtar (1934-2017) a été également honorée, en signe de reconnaissance à son parcours artistique au cinéma et à la télévision. Ses rôles dans le film "El Hafidh" ou dans la pièce théâtrale "El Iyal Kibrit" (les enfants ont grandi) ou encore dans le feuilleton "Yatraba fi izzou" restent inoubliables pour les cinéphiles et les téléspectateurs. Son talent a été reconnu à l’échelle mondiale puisqu’elle a décroché plusieurs prix internationaux.

L'actrice syrienne Raghda, née en 1957, a été distinguée à cette occasion, tout comme la comédienne algérienne Nadia Talbi. Née en 1944 à Mostaganem, cette artiste s’est surtout distinguée dans ses rôles interprétés dans des pièces théâtrales et œuvres télévisuelles. Elle a également fait partie de la distribution des films de Lakhdar Hamina, "Chroniques des années de braises", "Le vent de sable" et "La dernière image".

Par ailleurs, le comédien Hassen Benzerari a été distingué. Cet artiste de Constantine s'est taillé une place honorable dans la production télévisuelle notamment avec la série comique "Aassab wa awtar", rappelle-t-on.

Le FIOFA a honoré l’écrivain et chercheur algérien Mouloud Mameri (1917-1989), auteur de plusieurs romans dont certains ont été adaptés au cinéma comme

"L’opium et le bâton" d’Ahmed Rachedi et "La Colline oubliée" d’Abderrahmane Bouguermouh, premier film algérien en tamazight.

31 œuvres, entre longs et courts métrages et documentaires, représentant plusieurs pays sont en compétition jusqu’au 31 juillet courant pour décrocher les différentes distinctions du festival dont le grand prix le Wihr d’or, rappelle-t-on.

Cette édition sera marquée par des activités et des projections de films hors compétition dans des espaces publics d’Oran, de Mostaganem et de Mascara.

Il est à noter que le film "Lilith la syrienne" est projeté en avant-première arabe, lors de cette cérémonie d'ouverture.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.