Maroc: Deux journalistes espagnols expulsés

Publication: Mis à jour:
JOURNALISTES
DR
Imprimer

EXPULSION - Le Maroc a expulsé mardi soir deux journalistes espagnols de son territoire. Il s'agit du directeur de la publication espagnole Correo diplomatico, José Luis Navazo et du collaborateur du journal basé à Madrid, Fernando Sanz.

Selon le journal spécialisé dans la couverture d'Afrique du Nord, trois policiers marocains en civil se sont présentés mardi, aux alentours de 20H00 (heure locale), aux domicile familial de José Luis Navazo, à Tétouan. Les deux journalistes espagnols ont ensuite été escortés à bord d'une voiture non immatriculée à un poste de police situé à côté de la Wilaya de la ville.

Ils sont restés une heure sur place, sans qu'ils ne soient interrogés par la police, avant d'être conduits vers la frontière du Maroc avec Sebta, rapporte le journal. Aucune explication ne leur a été donnée, souligne la même source.

Interview avec El Othmani

José Luis Navazo est installé depuis plusieurs années au Maroc. Son journal Correo diplomatico a publié plusieurs reportages et interview sur le Hirak, qui agite depuis plusieurs mois la région du Rif, dans le nord du Maroc.

En mars dernier, José Luis Navazo avait été le premier journaliste à interviewer Saâd-Eddine El Othmani après sa nomination à la tête du gouvernement marocain. Il avait aussi rencontré Nasser Zefzafi, l'hiver dernier, bien avant son interpellation par les autorités marocaines.

jose

En 2014, le journaliste avait publié un livre sur le Mouvement du 20 février, intitulé "Le Maroc face aux révoltes du 20F".

Selon Reporters sans frontières (RSF), la couverture du Hirak par les journalistes marocains et étrangers est "entravée par les autorités marocaines". “La situation des journalistes marocains et étrangers couvrant les événements dans le nord du Maroc ne cesse de se dégrader. À vouloir empêcher la couverture médiatique de la révolte du Rif, les autorités marocaines font peu à peu de cette région une zone de non-droit à l’information indépendante", a récemment dénoncé Yasmine Kacha, directrice du bureau Afrique du Nord de RSF.

LIRE AUSSI: