French Montana revient sur son enfance au Maroc à la télévision américaine

Publication: Mis à jour:
FRENCH MONTANA
2017 BET Awards – Show – Los Angeles, California, U.S., 25/06/2017 - Swae Lee (L) and French Montana perform. REUTERS/Mario Anzuoni | Mario Anzuoni / Reuters
Imprimer

MUSIQUE - Alors que son titre "Unforgettable" se hisse en tête des charts aux États-Unis, le rappeur d'origine marocaine French Montana continue sa tournée promotionnelle. Dernier passage en date: les studios de l'émission d'information satirique le Daily Show, présenté par l'humoriste d'origine sud-africaine Trevor Noah.

Sur le plateau, les deux hommes ont notamment échangé sur leurs expériences en Afrique. L'occasion pour French Montana de revenir sur son parcours de rappeur, et notamment ses premiers dans le hip hop à son arrivée aux États-Unis, alors âgé de 13 ans. "La musique est un language universel", explique-t-il. "Je ne parlais même pas anglais quand je suis venu aux États-Unis, j'aimais juste la musique et l'élan que je ressentais quand j'en écoutais".

French Montana se souvient qu'au Maroc, il n'était pas encore un très grand fan de rap. "J'écoutais Cheb Hasni et de la musique marocaine", se souvient-il.

Trevor Noah raconte pour sa part que son cousin, en Afrique du Sud, était un grand fan de Tupac et connaissait les paroles de ses chansons par coeur, sans pour autant parler un mot d'anglais. Ce à quoi French répond en riant: "Tupac avait le don de parler aux Africains". "je ne pense pas que quelqu'un a déjà dit cette phrase de toute l'histoire", réplique en plaisantant le présentateur.

Trevor Noah revient également sur la collaboration de French Montana avec une troupe de jeunes danseurs ougandais, qui figurent dans le clip de sa chanson "Unforgettable". "J'étais censé tourner ce clip à Hawaï, mais après avoir vu une vidéo de ces enfants en train de danser, je me suis dis que personne d'autre ne danse comme ça. J'ai ensuite appris qu'ils n'avaient pas de télé donc tous leurs mouvements sont originaux", explique l'artiste. Il a donc fait "trente heure de trajet" pour se rendre dans ce pays et réaliser ce clip avec ces jeunes enfants.

Un voyage inspirant pour French Montana, qui fait part de sa collaboration avec l'organisation Mama Hope, une structure à but non lucratif qui lutte contre la pauvreté en Afrique, afin d'améliorer le système de santé en Ouganda.

Avec cette organisation, il a lancé une page pour la collecte de fonds pour le Suubi Health Center, un centre médical visant à soigner les populations habitant en milieu rural dans la région de Budondo. Le rappeur a également fait un don de 100.000 dollars.

Un engagement dans lequel le Maroc a joué un rôle. "J'ai vécu au Maroc jusqu'à mes 13 ans, rappelle-t-il. Et quand j'ai vu ces enfants, j'ai vu mon propre visage". Autre donateur de renom, The Weeknd qui a donné 100.000 dollars à la fondation. "S'agira-t-il de la nouvelle manière pour les rappeur de se vanter?", plaisante le présentateur. "Au lieu de dépenser de l'argent en boîtes de nuit, ce sera désormais à qui a le plus donné pour construire un centre de santé en Afrique". Une boutade que French Montana espère voir se réaliser.

LIRE AUSSI: