Cinéma: Faouzi Bensaidi en compétition à la Mostra de Venise avec "Volubilis"

Publication: Mis à jour:
921072017223532_MEDIA1
Faouzi Bensaidi en compétition à la Mostra de Venise | VOLUBILIS
Imprimer

CINÉMA - Nouvelle consécration pour le cinéma marocain. Le dernier long métrage du réalisateur Faouzi Bensaidi, "Volubilis", a été sélectionné pour participer aux "Venice Days", équivalent à la Mostra de Venise de la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes. Une compétition dont le but est "d'attirer l'attention sur des films de haute qualité, sans aucune restriction, avec un soin particulier à l'innovation, la recherche, l'originalité et l'indépendance", explique le festival sur son site.

Cette sélection signe un retour en terrain connu pour le cinéaste, qui a déjà été sélectionné, à quatre reprises dans ce festival, et deux fois récompensé, pour des courts et longs-métrages. "C'est un rendez-vous qui m'est cher", explique le cinéaste au HuffPost Maroc.

"Une observation d'une société où la mondialisation a pris le dessus"

C'est avec une histoire d'amour sur fond de critique d'un libéralisme sauvage que revient Faouzi Bensaidi. Six ans après "Mort à vendre", le réalisateur a choisi, pour son come-back, de raconter l'histoire d'un couple amoureux, Abdelkader, vigile, et sa femme Malika, employée de maison. "Malgré des problèmes d’argent, ils rêvent d’emménager ensemble et de vivre leur amour. Un jour, Abdelkader va vivre un épisode d’une grande violence et d’une grande humiliation qui va chambouler leur destin", résume le synopsis du film.

Un film et un scénario nés d'un "sentiment" du réalisateur. "Il y a une certaine mondialisation qui a pris nos vies en otage. Les gens ont un travail, mais pas la dignité. Est-ce qu'une histoire d'amour, très belle, peut résister à cela? Comment cette nouvelle économie où la finance prend tant de place, peut influer sur l'intime?", s'interroge Faouzi Bensaidi.

Six ans de réflexion

Si six années se sont écoulées depuis "Mort à vendre", la période n'a pas pour autant été désoeuvrée comme nous l'explique le réalisateur et acteur. "J'ai dit oui à des offres auxquelles je ne répondais pas avant", indique Faouzi Bensaidi, indiquant avoir ainsi effectué des apparitions devant la caméra comme dans le film "Saint Laurent" de Bertrand Bonello, ou "Dheepan" de Jacques Audiard. "J'ai également accepté des propositions, comme intervenir auprès d'étudiants en cinéma ou dans des festivals où mes films ont été diffusés", continue-t-il, précisant que sa vie privée a également été active, puisque le cinéaste est l'heureux papa de deux enfants.

volubilis

Une visibilité pour le cinéma marocain

Aujourd'hui, Faouzi Bensaidi s'enthousiasme à juste titre de voir son film représenter le cinéma marocain dans une compétition internationale. "C'est une visibilité pour le cinéma marocain, une présence dans une catégorie au choix très sélectif. J'espère que cela représente une fierté pour le cinéma marocain". Pour le réalisateur, cette consécration n'est pas uniquement la sienne. "On a sélectionné un film produit par des Marocains, avec des acteurs marocains et une équipe technique marocaine... C'est donc tout un corps de métier national qui est reconnu".

volubilis

Le film, qui réunit à l'écran les acteurs Mouhcine Malzi et Nadia Kounda, devrait sortir en salles à la fin de l'année 2017 ou début 2018. D'ici là, il pourrait être présenté dans d'autres festivals internationaux.

LIRE AUSSI: