Deux Casques bleus du contingent marocain tués en Centrafrique

Publication: Mis à jour:
Imprimer

MISSION - Deux Casques bleus du contingent marocain, participant à la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA) ont été tués mardi 25 juillet, dans la ville de Bangassou, à 700 km de la capitale Bangui. Un autre soldat a été légèrement blessé.

Le contingent marocain est tombé dans une embuscade, organisée par des éléments présumés du groupe armé anti-Balaka. La MINUSCA a indiqué que cette attaque s'est produite alors que les Casques bleus effectuaient un ravitaillement en eau pour les besoins humanitaires de la ville.

"Je suis choqué par ces nouvelles pertes en vies humaines et je condamne fermement cette violation flagrante du droit à la vie et du droit international", a déclaré le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga Anyanga.

Il a également adressé ses condoléances aux familles des victimes et aux autorités du Maroc. La MINUSCA a, quant à elle, exprimé toute sa solidarité et tout son soutien au contingent marocain déployé à Bangassou.

Deuxième attaque en deux jours

Cette attaque a lieu deux jours seulement après celle qui a tué un soldat de la paix marocain à Bangassou, ce 23 juillet. Des membres présumés de milices anti-Balaka ont attaqué le contingent marocain de retour d’une mission d’escorte.

"Depuis le début de l'année, 12 Casques bleus de la MINUSCA ont été tués dans des attaques dont ils furent la cible en RCA. Le Maroc a payé le plus lourd tribut avec sept de ses soldats de la paix morts en Centrafrique en 2017", rappellent les Nations Unies dans un communiqué.

LIRE AUSSI: